Dans ces eaux-là

C’est un projet pharaonique et surdimensionné au coût exorbitant dont on parle depuis 1952, époque Mao, mis en chantier, c’est le cas de le dire 50 ans plus tard en 2002, et prévu pour s’achever aux alentours de 2050. Il s’agit rien moins que déplacer des milliards de mètres cubes d’eau, 44 milliards très précisément détournés des fleuves du Sud vers les régions arides voire désertiques du Nord. Si l’on en croit toute la propagande du gouvernement, rien n’est laissé au hasard pour tenter de convaincre les populations concernées des bienfaits de ces gigantesques travaux hydrauliques, lesquels devraient rien moins que « reverdir le désert »… « éviter les tempêtes de sable sur Beijing » et offrir « eau pure et ciel bleu » sic, entre autres formules dégoulinantes de langue de bois pur jus. Ces décisions ont bien entendu été prises au plus haut niveau de l’État et du Parti Communiste Chinois sans demander l’avis des citoyens concernés, lesquels assistent médusés à la transformation irréversible et désastreuse de leur mode de vie. Dégradations démentielles du quotidien des habitants impactés, paysages bouleversés à jamais, aucune certitude sur le devenir du milieu naturel, lourd tribut écologique ou humain, dont nul ne connait les conséquences à court, moyen ou long terme, dérèglements climatiques imprévisibles avec succession inconnue jusqu’alors de longues périodes de sécheresse ou d’inondations récurrentes, menaces directes sur l’écosystème etc… etc… Antoine Boutet, le réalisateur de « Sud Eau Nord Déplacer » traduction littérale des idéogrammes chinois du slogan gouvernemental, donne la parole dans son documentaire projeté hier en fin d’après-midi à la Médiathèque de Rodez à tous ceux qui ne l’ont jamais: à savoir les paysans déplacés ou en attente d’indemnisation qui se sont toutes évanouies dans la corruption des élites locales, les détournements de fonds publics, et autres magouilles qui valent à tous ceux qui osent les dénoncer de lourdes peines d’emprisonnement! Intellectuels comme cet écrivain courageux, ce blogueur très actif ou cette poétesse qui évoque aussi la destruction systématique de la culture de son pays le Tibet, ou simples ouvriers agricoles, tous témoignent de la catastrophe environnementale annoncée aux enjeux considérables. Aussi dangereux sinon pire que le Barrage des Trois-Gorges ou la déforestation de l’Amazone avec Bolsonaro!                    Effrayant!

Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s