Ainsi fut fée

 

Oyez! Oyez! braves gens! Il était une fois…

Il y a très longtemps, une reine et son roi,

Childéric est son nom, sa Dame Cunégonde,

C’est un fieffé fripon, et elle est fort Féeconde

 

Ni règles, ni contraintes, juste un peu de retard,

De très brèves étreintes, c’est le fruit du hasard,

Un petit prince naîtra, voilà, en plein été,

Un intrus, un extra, qu’il va falloir Féeter!

 

Foin de rires ni de danses…  pour ce royal bébé!

Au diable l’extravagance, tous semblent hébétés!

Personne à son chevet… Qu’il est moche! Qu’il est laid!

Il semble inachevé et même un peu Féelé! 

 

Ni allure ni grâce, c’est juste un foutriquet,

Son corps, une carapace, son nom sera Riquet!

Sur son front une houppe, son côté choupinet.

Quelle dégaine! Quelle coupe! Le genre efFéé-minet!!!

 

Dans un autre palais est née une princesse,

Des formes, du sex-appeal, mais n’en est pas moins rosse,

Côté face, côté pile, c’est une vraie déesse!

Si tous sont à ses pieds, elle reste bien Féeroce! 

 

Ô mon dieu qu’elle est belle, mais quelle tête de linotte!

Pour sûr Satan l’habite, elle n’est point chochotte,

Elle aime la bagatelle!!! Sans esprit, elle décline,

Qu’elle change au plus vite! se révèle Féeline!  

 

Libérée! délivrée! Elle deviendra Garance:

Son chevalier servant en tombera en transes,

Deviendra son amant, vraiment très altruiste,

Et pour tout dire vrai, du genre Feétichiste!

 

Ce conte de Perrault, vous l’avez reconnu,

Au prisme du Chariot, devient folle fantaisie,

Comédie musicale, histoire hachée menue,

Pantomime amicale et riche Féerie!  

 

La troupe est homogène, pétille de mille feux,

Et quelle mise en scène, toute en fluidité!

De l’humour, de l’esprit, cernant bien les enjeux,

C’est Nadège Ruby qu’il faut Féeliciter! 

 

Cette histoire mythique et à plusieurs niveaux

N’en est que plus magique et plus grands ses héros,

C’est à voir à Bourran, pour sa pérennité,

Il faut être gourmand, c’est la Féeminité! 

 

On en oublie Disney, son aspect désuet,

Ses dessins animés appartiennent au passé!

Les acteurs truculents, en verve phénoménale,

Fourmillent de talents, c’est un vrai Féestival!

 

Ce texte anti-déprime, enlevé, élégant,

Jouissif, bien écrit par Thomas Chevalot,

C’est une thérapie, une aubaine, un cadeau,

Meilleur qu’une aspirine ou qu’un efFéeralgan!  

 

On peut les applaudir, mais faudra patienter,

Ils vont vous esbaudir! Trop tard pour Féevrier,  

Mais il reste des places, en mars ou en avril,

Pas de panique, de grâce, ne soyez pas Féebrile!

Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Ainsi fut fée

  1. De Ré Martine dit :

    Nous avons passé une très Bonne soirée devant cette pièce de Riquet à le Houpe interprétée par des acteurs avec beaucoup de talent. Felicitations a Nadege . Bonne continuation sur votre lancée. Bravo encore de nous avoir fait pleurer de rire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s