Tank il y aura des hommes

Jonas Fink est une série de bandes dessinées que l’on doit à Vittorio Gardino dont le premier tome publié il y a prés de 25 ans lui avait valu alors l’Alph Art du meilleur album étranger au Festival d’Angoulême. « Le 9 novembre 1989 quand je vis les images de Berlin , je restai sans voix: le dur, l’impénétrable « Mur » s’effritait sous mes yeux, et avec lui un monde qui se croyait immuable s’écroulait… » Ainsi débute en prologue ce dernier volume « Jonas Fink, le libraire de Prague » paru chez Casterman lequel permet à l’auteur d’expliquer « ses souvenirs de frontières », combien de fois il avait franchi le rideau de fer, les gens qu’il avait connus lors de ses multiples voyages, et, in fine, pourquoi via son jeune héros, il avait chroniqué avec passion la vie en Tchécoslovaquie depuis la fin de la seconde guerre mondiale sous le joug communiste… Ce troisième et dernier tome paru en 2018 est donc la conclusion tant attendue des aventures de ce personnage emblématique, lequel vit au plus près avec tous ses copains l’espérance du Printemps de Prague jusqu’à cette nuit fatidique du 21 août 1969 lorsque sa ville est brutalement envahie par les blindés du Pacte de Varsovie… Au rêve de liberté et de démocratie succède la répression impitoyable menée par la police politique contre tous ceux qui voulaient construire « un socialisme à visage humain »  Personne n’est épargnée, avec premiers visés les étudiants et les intellectuels. Sa librairie est aussitôt étroitement surveillée, son entourage suspecté, certains de ses amis assassinés… Il devra fuir son pays dans lequel il ne reviendra que 20 ans plus tard… Ce récit à la première personne se métamorphose alors en leçon d’histoire contemporaine, une magistrale plongée dans un passé récent pour éclairer et mieux comprendre la géopolitique européenne actuelle… ses défis comme ses enjeux. Les fantômes de Vàclav Havel ou de Jan Palach évoqués à la fin du livre donnent à celui-ci un supplément de réalisme et d’authenticité. Qualité du scénario, graphisme maîtrisé, découpage précis, fiction et réalité astucieusement mêlées, font de cet album une réussite incontestable.                                                                  Disponible à la médiathèque de Rodez il faut le lire absolument.

Cet article, publié dans B.D., est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s