L’emprise

Une classe de 1ère du lycée Monteil et leur professeur de français Madame Sicre ont travaillé intensément pendant plusieurs semaines à raison de 4 heures par jour avec la Compagnie régionale le Cri Dévot pour, in fine, proposer une « création partagée » de théâtre. Hier soir, devant une salle archi-comble à la M.J.C. de Rodez était présenté le résultat de ce travail commun. « La troisième vague » fait référence à une expérience de psychologie menée en Californie en 1967 par un prof d’histoire Ron Jones, lequel pour faire comprendre à ses élèves, in situ, comment un pays peut basculer dans le totalitarisme, imagina de créer ex nihilo un mouvement fascisant qu’il baptisa ainsi… Très vite dépassé par les événements, il mit rapidement fin à cette parenthèse sur la genèse du nazisme! Tout commence par des vidéos des sinistres convois en partance pour Auschwitz, des images auxquelles les jeunes adolescents sont confrontés. Ceux-ci invités à réagir par leur enseignant, expriment leur incompréhension devant une telle tragédie, sauf que les exposés des uns ou des autres ont du mal à les tirer de leur torpeur ou de leur chahut. D’où cette idée choc, laquelle étonnamment va les enthousiasmer… Et tous de rivaliser d’imagination pour inventer: qui un hymne, qui un logo, qui un uniforme ou un geste d’appartenance à cette secte en puissance. Un incroyable cauchemar porté par un prof démago au possible, lequel n’hésite pas à proférer les pires menaces ou horreurs dissimulées par un vernis très convenu de respectabilité. Nombreux sont ceux qui y verront de fortes connotations avec plusieurs dirigeants du monde actuel! Embrigadement, suspicion permanente, épuration et trahison, théorie du complot, appartenance à un groupe qui annihile toute réflexion individuelle… autant de sujets qui ne peuvent qu’interpeller. Juste encadrés par deux comédiens professionnels, l’implication, la détermination et l’énergie de ces jeunes sur le plateau faisaient plaisir à voir. Nul doute que cela ne donne à cette année scolaire une saveur particulière, mélange de fierté partagée et de complicité joyeuse, autour d’un projet ambitieux devenu réalité. Avec en point d’orgue un tonnerre d’applaudissements mérités de la part du public. De très loin le meilleur spectacle de cette 6ème édition de Novado.

Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’emprise

  1. Sicre dit :

    Un grand merci pour ce retour si valorisant pour nos jeunes qui se sont enthousiasmés pour ce projet! Marie Sicre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s