Balance ton choix

En littérature, au cinéma ou à la télévision, les amours tumultueuses et frénétiques d’Henry de Navarre, futur Henri IV, et de Marguerite de Valois ont fait l’objet de nombreuses adaptations plus ou moins fidèles à la vérité historique, romancées ici, moquées là, encensées ailleurs, tant la relation entre les deux personnages sortait de l’ordinaire. Dans le style, la version de Patrice Chéreau avec Isabelle Adjani dans le rôle titre de « La Reine Margot » se révèle particulièrement flamboyante…. « Les déclinaisons de la Navarre » vues hier soir à la MJC de Rodez reprend donc ce même thème en mêlant théâtre et danse, une création de la Compagnie PJPP où deux interprètes jouent et rejouent jusqu’à plus soif la même scène d’origine, celle qui voit le futur Roi de France déclamer sa flamme à sa belle, en témoigne un bref extrait sonore d’un ancien téléfilm dont on n’entend que la bande son mais qui semble totalement subjuguer deux spectateurs, lesquels se métamorphosent pendant une petite heure et s’accaparent cette situation pour la parodier, la malaxer, la triturer, jusqu’à en détourner les dialogues au besoin… une mosaïque d’une vingtaine de tableaux, sur un même sujet mais jamais de propositions similaires… Version break dance ou burlesque, dance floor en transes et lumières aveuglantes ou film d’horreur, roman-photo à l’eau de rose ou bel canto, sensuelle ou acrobatique, voire animalière ou avec un accent pagnolesque au besoin etc… etc… Du grand guignol à la dérision, de la caricature à l’absurde, la palette est très large pour un résultat pour le moins mitigé. Les deux artistes font de leur mieux dans ces registres décalés ou farfelus, ironiques ou collés-montés… mais l’argument est vraiment trop mince. Un spectacle plus proche de l’exercice de style façon concours d’entrée à la Comédie Française autour de la fameuse réplique de l’Ecole des Femmes  » le petit chat est mort » qui permit à l’actrice susnommée l’immense carrière que l’on sait. « Un précis de décomposition » pour citer une phrase du petit flyer de présentation distribué à l’entrée de la salle, bien maîtrisé et agrémenté de gags et de réelles trouvailles certes, mais, in fine qui ne convainc pas vraiment.

Cet article, publié dans Divers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s