Des gars, des eaux

Un voyage initiatique baigné de magie noire et de culte vodun, depuis le Bénin, berceau historique des rites du vaudou depuis le XVIIème siècle, -donc sa version locale-, et enjeux écolo-politiques dans le delta du Niger pollué et ruiné par les grandes compagnies pétrolières, voilà brièvement résumée la trame de cette bande dessinée signée Jean Denis Pendanx, dessins et scénario, parue chez Futuropolis il y a deux ans. Tout commence par la mort du père de famille tué dans un accident de moto avec laquelle il transportait du « kpayo », de l’essence frelatée pour un trafiquant sans scrupule. Il est mort dans les flammes et laisse deux jumeaux déjà orphelins de mère. L’un d’eux a même disparu depuis quelques années, de fait, il est parti au Nigéria, pays voisin fantasmé et qui fait tant rêver au village, car première puissance économique d’Afrique grâce à ses ressources en pétrole, (sans grand effet sur le niveau de vie de ses habitants puisque plus de la moitié de la population vit avec moins de 1,25$ par jour). Rongé par la culpabilité, le jeune Kémi prend donc la décision de partir sur les traces de son frère porté disparu, et ce d’autant plus que selon des croyances très partagées « perdre son jumeau c’est perdre la moitié de son âme ». « Au bout du fleuve » est donc le récit de ce long périple particulièrement périlleux sur fond de réalité sociale et politique, où la corruption des uns n’a d’égale que la solidarité des autres, où dans la jungle des grandes villes,comme la capitale Lagos, il faut toujours faire preuve d’une extrême vigilance, tant la délinquance, le crime organisé ou les magouilles en tous genres sont légions. Un voyage au long cours sur un fleuve qui n’a rien de tranquille au cœur d’un continent que l’auteur connait bien pour y avoir vécu et travaillé, notamment au Centre Culturel Français de Cotonou, et qu’il décrit avec beaucoup de tendresse pour ses personnages. Suspens qui va crescendo, illustrations adéquates, couleurs chaudes ou contrastées, atmosphère empreinte de mysticisme, tout concourt pour faire de ce livre disponible à la médiathèque de Rodez une odyssée poignante et profondément humaine.

Cet article, publié dans B.D., est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s