Solidaires

Des structures différentes qui n’hésitent pas à sortir des sentiers battus, et à se mettre ainsi dans le collimateur des autorités de tutelle pour essayer, avec les moyens du bord de redonner confiance à des autistes et à leurs familles, voilà le sujet central du dernier film en date du tandem Éric Toledano et Olivier Nakache. « Hors norme » s’attache au quotidien de plusieurs jeunes adolescents en souffrance, de leurs éducateurs dévoués soutenus par leurs chefs, lesquels ont, en revanche, à cause de méthodes peu orthodoxes, maille à partir en permanence avec l’administration. Rapports de l’Agence Régionale de Santé, enquête de l’Inspection Générale des Affaires Sociales, toutes deux sous l’autorité  du Ministère de la Santé, pour évaluer comment fonctionnent de telles entités, en marge et en l’absence de tout agrément, mais dont les résultats sont indéniables, et qui, in fine, récupèrent toutes ces personnes exclues du système, ce qui arrange bien l’Etat. Un combat au jour le jour pour insuffler confiance à ces jeunes et les sortir de l’isolement ou de la dépendance aux médicaments et redonner espoir à leurs parents en permettant en parallèle à d’autres adolescents en déshérence de s’intégrer dans la société et trouver une voie professionnelle, un échange gagnant/gagnant… mais peu conventionnel. Entre séquences réalistes et humour décalé pour désamorcer des situations souvent délicates, le film s’illustre autant par son humanisme sincère que par son extrême sensibilité. Il atteint son point d’équilibre entre d’une part les têtes d’affiche dans les deux rôles principaux que sont Vincent Cassel et Reda Kated tout de sobriété et d’écoute, et d’autre part de vrais autistes et leurs aidants qui offrent à un large public des leçons de courage, de bienveillance et de vie. Ni trop démonstratif ou larmoyant, ce long métrage est un coup de projecteur salutaire sur  le travail pas assez reconnu de tous ceux qui ont la passion de l’entraide et de la fraternité chevillée au corps. Un pourcentage des recettes en salle sera reversé à ces associations qui manquent toujours cruellement de ressources, une raison supplémentaire pour aller voir ce feel good movie pétri d’humanité.

Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s