Hollywood souvenirs

Un film qui parle d’un certain âge d’or fantasmé du cinéma américain, sorte d’auto-fiction qui mêle nostalgie douce-amère et passion coupable, où l’on cite des séries en version noir et blanc qui sont intimement liées à l’histoire de la télévision, où l’on évoque à loisir stars disparues ou tombées dans l’oubli, où se croisent fantômes des sixties et flower power à son apogée… voilà pour le contexte du dernier film en date de Quentin Tarantino, « Once upon a time in… Hollywood », lequel faisait partie de la sélection cannoise cette année. Pour bien souligner le coté clinquant autant que dérisoire, on nous conte une histoire à tiroirs, celle d’un acteur sur le déclin et celle de son alter ego dans l’ombre, sa doublure cascade… L’un jadis sous les feux des projecteurs mais qui ne trouve plus guère de rôles quelque peu consistants et l’autre devenu au fil des années, plus son homme à tout faire, chauffeur ou dépanneur de tout et de rien… Deux personnages qui essaient de rester dans la lumière coûte que coûte, témoins d’une époque qui se meurt. On ne tourne plus de westerns qu’en version spaghetti, les décors mythiques périclitent, les salles de cinéma toutes enseignes allumées brillent de leurs derniers feux, on sent qu’inexorablement une page se tourne… Brad Pitt sourire en coin et tout en muscles et Léonardo Di Caprio tout en ironie distanciée incarnent avec la décontraction nécessaire autant que le flegme ces deux « héros » que l’on sait condamnés… Pour donner plus d’épaisseur et de rythme à cette trame nourrie de clins d’œil pour les cinéphiles, on rappelle aussi l’épisode de la secte Charles Manson… le tout enveloppé d’une bande-son très réussie en version peace and love… Et, bien sûr il y a, comme dans tout opus de ce réalisateur qui se respecte, quelques touches d’humour et un final explosif qui ne fait pas dans la dentelle… Ce film de presque trois heures qui fait aussi l’ouverture du festival d’Espalion cette semaine laisse sur sa faim.

 

Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s