Potion magique

Pour le final de l’Estivada ce fut un feu d’artifices de musiques festives et ébouriffantes, surchargées de décibels et de lumières qui ont séduit de plus en plus de gens au fil de la soirée. Breishtivada, la bien nommée, c’est rien moins que la rencontre entre l’Occitanie et la Bretagne version luttes et solidarités avec trois groupes qui fêtent cette année leurs vingt ans de scène. Des habitués comme Goulamas’K venus en voisins, troisième invitation en cinq ans, Mauresca Fracàs Dub, eux aussi de l’Hérault reçus l’an dernier, et des nouveaux venus à Rodez, les bretons de Mask Ha Gazh. Des formations qui ont beaucoup à partager car soucieuses d’ouverture aux autres, d’accueil digne de ce nom, de bienveillance envers ceux qui souffrent ou qui se battent avec dignité pour obtenir considération et respect. Une sorte d’arc-en-ciel haut en couleurs pour rendre visibles les humbles et les minorités, fussent elles linguistiques culturelles ou autres, où le dépassement de soi fait écho à l’entraide nécessaire pour bâtir un monde où il ferait mieux vivre. Chacun à son tour ou ensemble sur certains morceaux, la vitalité des uns se nourrit de l’énergie débordante des autres pour littéralement enflammer le public prompt à s’enthousiasmer. Cuivres tonitruants, mégaphone au besoin, guitares en furie ou flûtes évanescentes, percussions déchaînées -avec mention spéciale au joueur de cuillères et de claquettes dont la virtuosité n’a d’égale que la présence, voix de stentor qui claquent dans la nuit ou mélodies plus confidentielles, ils font feu de tous bois. Et ça marche, le genre éruption volcanique sous contrôle et qui donne la pêche, où « les culs bénis et les fachos » de tous acabits en prennent pour leur grade. « La musique est une médecine » pour reprendre le titre d’une des chansons, le genre qui soigne le vague à l’âme ou la solitude, réconforte et donne confiance en soi… à prescrire sans modération. Farandole des langues, car outre oc, breton et français bien sûr, on entend aussi de l’espagnol, du catalan etc… Voyage vers Mayotte ou Tahiti, mescladis de sonorités qui explorent des univers très différents, c’est une tournée générale de chaleur humaine et de convivialité dont on se délecte… in fine une transe communicative à haute valeur humaine ajoutée. Une formule incontestablement gagnante, pas de perte de temps pour des changement de plateaux, rythme toujours plus soutenu allant crescendo… le top de chacun au bénéfice de tous… l’alchimie réussie du chouchen et de l’aligot, du marcillac et des crêpes au sarrasin…                                                                                                                      De très loin la meilleure soirée de cette édition!

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s