25%

Non ce n’est pas le score nécessaire pour participer au second tour de la prochaine élection présidentielle, ni celui de l’augmentation des rémunérations déjà indécentes de nombre de dirigeants de grandes entreprises qui en parallèle n’hésitent pas à licencier leurs employés, ni le rabais éventuel sur les soldes d’été qui démarrent bientôt, ni enfin un remake de mauvais goût de la série de France 2 sur ce que touchent les imprésarios sur les cachets des artistes qu’ils cornaquent, non simplement le pourcentage, et encore en comptant large, des paroles que l’on pouvait saisir du récital proposé hier soir à La Baleine. Sur scène, Antoine Elie, jeune auteur-compositeur-interprète d’origine normande, lequel vient de sortir au printemps son premier album avec au répertoire 13 titres, intitulé « Le roi du silence ». Sauf que sur ce nombre de mélodies impossible de décrypter la plupart des paroles tant la sono hier soir n’avait de sono que le nom. À croire que l’ingénieur du son présent devant sa console, qui n’était pas le personnel technique habituel du lieu, n’avait au choix, ou pas fait de balance préalable ou confondu un petit théâtre avec le Stade de France un soir de finale. Et pourtant les deux musiciens qui encadraient le chanteur, l’un aux claviers, l’autre à la batterie n’en rajoutaient pas, et heureusement!!! Seuls moments audibles, quand il est seul, avec sa guitare en version acoustique, pour nous parler avec douceur de sa grand-mère atteinte d’Alzheimer « Nous liés », ou pour enrober de poésie et d’amour une balade d’une grande sensibilité « La rose et l’armure »… Que dire de plus si ce n’est que l’on ressort profondément frustré d’un tel concert, car nul doute que les quelques bribes, que l’on pouvait saisir ici ou là, éclairent une personnalité que l’on devine très attachante, un écorché vif qui parle de notre époque avec des mots justes. Ce rendez-vous à un horaire inhabituel, 20 heures, d’où une longue, très longue attente avant de débuter, était proposé dans le cadre de l’opération Culturissimo organisée depuis six ans maintenant, par une grande surface commerciale, mais seulement pour la seconde année sur notre territoire.                                                            Un spectacle gratuit, et c’est très bien ainsi, mais auquel manquent professionnalisme et respect autant pour l’artiste que pour le public, absolument indispensable pour proposer une prestation de qualité.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s