Edmond et merveilles

Un texte en bon français et de belle facture,

Des vers élaborés, voilà pour la structure,

Une intrigue soignée, pas une sinécure,

Ça ferait de l’effet, ça aurait de l’allure….

 

Il me faut un héros, avec un nom qui claque,

Ce sera Cyrano, seigneur de Bergerac,

Du panache, du brio, fin bretteur et fantasque,

Fier comme un hidalgo, tout débordant de niaque….

 

Nous sommes à Paris, à la fin du XIXème siècle, et Edmond Rostand pas encore la trentaine est en panne d’inspiration… L’heure est à la bagatelle, aux vaudevilles insipides que l’on doit aux deux Georges, Feydeau et Courteline, bientôt le cinéma bouleversera la vie culturelle de la capitale… mais parmi ses amis quelques acteurs en vogue de ce temps- là, tels Constant Coquelin, Léonidas Volny, mais aussi la grande Sarah Bernhardt réussissent à le convaincre d’écrire une oeuvre résolument plus moderne et dont tous sont persuadés qu’elle fera date. L’avenir leur donnera raison et cette comédie in fine en cinq actes toute en alexandrins s’inscrira dans l’histoire du théâtre jusqu’à devenir un succès jamais démenti, la pièce la plus jouée que ce soit en France ou ailleurs, l’équivalent pour la littérature mondiale au même niveau qu’Hamlet pour les anglais ou Don Quichotte pour l’Espagne!!! Tout l’intérêt d’ « Edmond » d’Alexis Michalik pour partie en vers, pour partie en prose, est de remonter le temps, pour nous faire partager les affres de la feuille blanche qui tourmente l’auteur pressé par le temps, les caprices des uns, les cabotinages des autres, tout ce qui fait le sel d’une création où l’imprévu se nourrit du quotidien, où les tourments des cœurs font écho aux ambitions secrètes ou aux désirs inavoués. Une mise en scène inventive, des acteurs pétillants de malice, des costumes somptueux, du rythme, de l’entrain et ce supplément de complicité joueuse, tout concourt à faire de ce spectacle proposé par la Compagnie des Jeux Dits, un moment de pur bonheur dont il ne faut se priver sous aucun prétexte. Ils sont à l’affiche pour deux soirées encore, jeudi et samedi prochains à 20 heures 30 dans la petite salle de la Criée de la M.J.C. d’Onet.                         Il faut s’y précipiter!!!

 

Citation: « C’est un roc ! … c’est un pic… c’est un cap !

Que dis-je, c’est un cap ? … c’est une péninsule ! »

Pour parler de mon nez, je vais le faire en rap,

Sûr ce n’est pas d’époque, vous n’êtes pas crédule…

 

La troupe des Jeux Dits, ses acteurs de bon ton,

Ont déclamé, pardi, une belle partition…

En hommage à Rostand, ces vers de mirliton,

Ce fut un grand moment, merci encore Edmond!

 

Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s