Auto, duo, brio

« Pour le meilleur et pour le pire » n’est pas seulement une formule rituelle prononcée lors de cérémonies de mariages, c’est aussi le titre du spectacle de la compagnie de cirque Aïtal qui était hier soir invitée à La Baleine, pour une première représentation en salle d’un show qui tourne depuis 2011 et a déjà été vu plus de 400 fois. La scène est recouverte de terre et de sable, et c’est là que déboule une vieille guimbarde brinquebalante, une Simca rouge vif hors d’âge avec à l’intérieur deux personnages aussi dissemblables que possible. Lui, genre colosse herculéen tout en muscles et en bonhomie, volontiers blagueur mais aussi capable de piquer des colères mémorables, elle format de poche aussi fluette qu’il est massif, se révélera une voltigeuse aussi fragile qu’extraordinaire, une pile électrique mêlant fluidité et énergie, un couple qui, une heure durant va multiplier les postures athlétiques ou les chorégraphies pimentées de sensualité malicieuse, le tout teinté de poésie subtile… Les porters mains à mains, les sauts périlleux et autres acrobaties éblouissantes, le travail à la corde ou, beaucoup plus improbable et totalement inédit, avec la tuyauterie du pot d’échappement de leur véhicule en guise de perche, autant de figures toutes de vitalité, de puissance et d’inventivité plus séduisantes les unes que les autres qui enthousiasment la salle pleine à craquer. De la folie douce en guise de leitmotiv, des séquences frappadingues comme au badminton, des musiques délirantes toujours raccord, des gags fantaisistes avec cette voiture fantasque dont on ne soupçonne jamais toutes les possibilités infinies, sont autant de rebondissements toujours plus surprenants pour agrémenter une prestation particulièrement réussie de bout en bout. Voilà pourquoi le public applaudissait à tout rompre lors du final au point que les deux artistes devaient revenir encore et encore saluer les spectateurs absolument conquis. Victor Cathala, toulousain d’origine et Kati Pikkarainen poupée finlandaise à la blondeur incarnée, proposent avec ce spectacle de revisiter autant le spectaculaire que l’intime d’une vie de circassiens dont la complicité joyeuse est un modèle du genre.                   Absolument magnifique. À voir ou à revoir ce vendredi en soirée à la Maison du peuple à Millau.

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Cirque, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s