À poings nommés

« Young, Tunis 191___ Auschwitz 1945 » récit d’Aurélien Ducoudray et dessins d’Eddy Vaccaro publié chez Futuropolis remet en lumière la destinée tragique de Victor « Young » Perez. Ce boxeur émérite a tout connu : une enfance marquée très tôt par l’antisémitisme, son ascension ensuite dans le milieu du noble art jusqu’à la gloire tutoyée avec un titre de Champion du Monde des poids mouche décroché à l’âge de 20 ans, le 24 octobre 1931 au Palais des Sports de Paris devant plus de 16 000 spectateurs survoltés, les années folles et sa liaison tumultueuse avec l’actrice Mireille Balin -avec en prime deux pages extraites de Pépé le Moko, film dont elle partage l’affiche avec Jean Gabin- puis son arrestation le 21 septembre 1943 et son départ pour Auschwitz où il croisera notamment l’écrivain Primo Levi et le nageur Alfred Nakache. Dans cet univers concentrationnaire, sous le matricule 157 178, il remontera sur le ring pour obéir aux ordres du commandant du camp passionné de ce sport, lequel organise régulièrement des combats pour distraire les nazis… en version gladiateur puisque le perdant était exécuté… Bénéficiant d’un régime plus favorable, il sera affecté aux cuisines ce qui lui permet de se nourrir un peu mieux … Il n’en oublie pas pour autant ses camarades pour qui régulièrement, il vole et distribue quelques vivres chapardés… Alors qu’il est l’un des rares survivants du convoi n°60, lors de l’évacuation du camp bombardé par les Alliés, il sera abattu d’une rafale de mitraillette au tout début des marches de la mort, probablement par l’un de ses anciens adversaires SS qu’il avait précédemment vaincu… Cette histoire est racontée en deux parties entremêlées qui se font écho, d’une part, la version positive avec gloire, argent et amour, qui fait la une de l’actualité, de l’autre, le quotidien de sa déportation, humiliations, privations, coups, terreur et mort omniprésentes… Flash-back incessants entre les deux périodes, découpage serré très cinématographique et traits d’un noir cafardeux volontairement accentué, on se passionne dès les premières planches pour cette vie hors du commun: « l’incroyable destin du plus jeune champion du mode de boxe de tous les temps ».                                                                                                                                    Cette B.D remarquable rend ainsi hommage à un champion hors norme dont une salle d’entraînement à l’INSEP porte aussi le nom.

Publicités
Cet article, publié dans B.D., est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s