Légende du siècle

On ne compte plus les rues, places, écoles et autres bâtiments publics baptisés en son honneur. À Rodez même, une des avenues principales de la ville porte son nom… Il faut dire que dans l’inconscient collectif Victor Hugo est un nom qui claque, dont tout le monde a étudié des poèmes durant sa scolarité, lu des romans, vu du théâtre ou des adaptations de ses œuvres pour le cinéma ou la télévision. Un personnage immense connu aussi pour ses idées politiques et son engagement permanent du côté des plus humbles, ce qui plus d’une centaine d’années après sa mort, ne peut manquer d’être mis en parallèle avec notre époque. Devenu un républicain aussi acharné que convaincu, il ne cessera de défendre avec obstination des idées visionnaires voire utopiques pour son temps, telles la liberté de la presse corollaire de la démocratie, l’abolition de l’esclavage, de la peine de mort et même de la misère, les droits des peuples et des individus, soutenant sans relâche par ses articles dans son journal, ses lettres ou ses discours solennels à la tribune de l’Assemblée Nationale tous les combats du XIXéme siècle. Tout le pari de la Compagnie toulousaine « Ah! Le Destin » invitée dans le cadre du Festival Novado 5 ème édition à se produire dans les lycées de la ville avec son spectacle « V.H », était d’incarner un tel mythe tout en le dépoussiérant, d’en souligner l’actualité, sans en occulter les zones d’ombre comme sa position très colonialiste par rapport à l’Afrique par exemple. Donner de ses textes une version ludique et interactive, que l’on peut aussi bien déclamer, slamer, reprendre comme des slogans ou des refrains… sont autant de formes improbables et inventives que les deux comédiens Simon Le Floc’h et Eugénie Soulard transmettent avec justesse, talent et subtilité. C’est vif et pétillant, malicieux voire iconoclaste, d’une extrême rigueur historique teintée d’humour, fourmillant d’idées… en un mot une réussite absolue dans une mise en scène ingénieuse de Clémence Labatut avec pour accessoires juste quelques cartons et ballons de baudruches pour ne pas seulement ressusciter une icône de notre patrimoine mais surtout l’inscrire dans le présent. Faux hit-parade de figures intellectuelles européennes, chauffeur de salle censé motiver les députés, interview en face à face, et jusqu’aux obsèques qui deviennent tube repris en chœur par le public et propulsent Victor Hugo lui qui fut « banni, exilé, proscrit, censuré » au rang de superstar intemporelle!!! tout n’est qu’intelligence. De nombreux collégiens de l’Aveyron auront eux aussi le droit de partager ce même plaisir l’hiver prochain quand la troupe sera de retour pour une dizaine de représentations.                                                                                                  Une séance tous publics est aussi prévue à La Primaube à 17 heures 30 le dimanche 17 février. Une date à noter d’ores et déjà sur son agenda.

Publicités
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s