À fond Lafore

Un moment suspendu, aussi aérien que lunaire, bonne bouille et sens de la répartie, tel est apparu David Lafore pour un concert acoustique d’une petite heure proposé à l’occasion de la sortie de son dernier album en date « Les cheveux » vendredi en fin d’après-midi à la médiathèque de Rodez, avant une soirée plus élaborée prévue au restaurant la Toile Cirée, laquelle devait être accompagnée d’une dégustation de vins nature du Roussillon!!! Le genre hurluberlu un peu déjanté qui ose tout comme par exemple attaquer son spectacle avec le titre « Je m’en vais » alors qu’il vient à peine de s’asseoir au pied de l’escalier qui mène au secteur image et son à l’étage, que passent et repassent devant lui des habitués du lieu, lesquels au mieux ne se soucient guère de lui… Très ingrat que de devoir alpaguer des lecteurs indifférents… mais il ne manque ni d’à- propos ni de présence, et cela ne le motive que davantage pour se lancer dans des chansons au ton joyeusement décalé par exemple « la petite culotte » ou « un baiser, une bombe » avec force mimiques et gestuelles de circonstances, pour parler de ces petits instants du quotidien, de tendresse bourrue, de jalousie refoulée, de tout et de rien mais avec malice, clins d’œil et gourmandise… Des élucubrations toujours plus improbables où le ton doux-amer se conjugue de nonchalance, des envolées « too much de lyrique variété italienne » -sic- entre larmes et dérision, de la guimauve version anglaise aussitôt traduite, ou des textes beaucoup plus subtils et nuancés où percent poésie et humour très second degré… c’est donc du genre atypique et inclassable. Accompagné de sa seule guitare, goguenard et pince-sans-rire, ses divagations maîtrisées comme ses coups d’éclat farfelus, ses variations vocales entrecoupées d’onomatopées aléatoires sont autant de surprises qui enrobent les paroles de ses chansons d’une atmosphère très particulière… un univers absurde, ironique, frappadingue et irrévérencieux assez proche de celui de Nicolas Jules… de quoi donner des boutons à certains comme pouvant susciter l’admiration d’autres qui se délectent de ce côté hors norme…                                                                              Déconcertant… dans tous les sens du terme.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s