IrRAtionnel

Un pari audacieux que d’adapter un roman fortement autobiographique en une bande dessinée, ce que la préface de l’auteur originel Sorj Chalandon résume parfaitement… Traduire par un découpage incisif à la fois la tension fiévreuse inhérente à ce récit hors norme et néanmoins se l’approprier pour en faire autre chose de tout aussi poignant… Réussir une improbable alchimie pour évoquer « l’Irlande et sa terrible beauté » et un siècle de luttes, de passions et de douleurs… Rien ne manque: des pubs enfumés où la Guinness coule à flots, les ballades musicales toutes de mélancolie et de rêves, la nature magnifique, la chaleur de ses habitants… mais aussi les blessures toujours à vif de la partition du pays et la situation explosive qui en résulte jusqu’à aujourd’hui encore… pierre d’achoppement quant au futur Brexit… « Mon traître » nouveauté de la médiathèque de Rodez, c’est l’histoire d’une amitié qui se termine mal, très mal, entre un luthier parisien français fan inconditionnel de musique irlandaise qui, peu à peu, à Belfast découvre la réalité de la tension qui règne entre les différentes communautés avec l’omniprésence   de l’armée britannique, de ses blindés et de la guerre civile larvée qui multiplie les victimes. De la fin des années 70, quelques années après le drame du Bloody Sunday -hommage de U2 à réécouter de toute urgence- à nos jours,de la rencontre fortuite entre ce jeune violoniste idéaliste et un vieux militant de l’IRA, quasiment une légende, tant il fut de tous les combats… on suit en temps réel une amitié indéfectible et réciproque qui se nourrit au fil du temps et qui s’achèvera dans le doute, l’incompréhension, la confiance perdue, la solitude… une tragédie de l’intime en écho à celle d’une cause… Dans cette version graphique de Pierre Alary parue chez Rue de Sèvres, on revisite ainsi tout un pan de l’Histoire contemporaine de cette région meurtrie, en particulier la longue lutte des prisonniers de Long Kesh et leurs blanket protests puis dirty protests, les martyrs de Bobby Sands et de ses camarades à l’issue des longues grèves de la faim de 1981, – revoir à ce sujet « Hunger » le film de Steve Mc Queen-, autant d’événements inoubliables qui marqueront à jamais la mémoire du peuple irlandais… Sauf que 25 ans durant ce héros mythique agissait pour le compte des Anglais, trahissant ses parents, ses enfants, sa famille, ses amis, ses compagnons… En contrepoint de ce traumatisme insupportable, comme autant de coups de poignards insidieux supplémentaires, on découvre l’interrogatoire de l’IRA envers cet homme devenu un renégat méprisé de tous… Les personnages aux traits vifs et les dialogues a minima qui contrastent avec les planches aux couleurs adoucies donnent à cette BD une incroyable authenticité… l’ambiguïté, les failles, le ressentiment, toute la complexité de l’humanité…        Absolument remarquable.

Publicités
Cet article, publié dans B.D., est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s