Étape incontournable

Chahutées, moquées, caricaturées, ridiculisées, vilipendées, raillées, par certains garçons de leur lycée qui n’ont rien trouvé de mieux que d’organiser sur Facebook « un concours débile  » à savoir élire les boudins d’or, d’argent et de bronze de leur établissement… sauf que les trois jeunes filles ainsi harcelées et humiliées se rencontrent et décident de faire front commun de façon spectaculaire! La plus véhémente qui se trouve être la fille biologique jamais reconnue du locataire de l’Élysée, et dont la souffrance s’affirme année après année de plus en plus douloureuse, parvient à convaincre ses deux camarades de s’embarquer pour un road-trip longue distance avec pour objectif de s’incruster dans la garden-party du prochain 14 juillet, pour en pourrir l’ambiance… Ce pari insensé, improbable va, via la presse locale tout d’abord, ensuite via Internet et autres médias favoris des jeunes, trouver un écho toujours plus grand… Un périple au long cours pour depuis Bourg-en-Bresse rallier Paris sur de vieux vélos rafistolés en compagnie d’un grand frère, dans tous les sens du terme, de l’une des participantes… lui-même sur fauteuil roulant après avoir été grièvement blessé sur un champ de bataille…« La mocheté, ça fait mûrir » devient leur leitmotiv commun, les fait avancer, les transcende et sublime ces adolescentes tout au long de leur odyssée… Sommairement hébergées en campings, affrontant une météo capricieuse, elles arriveront enfin au but. Alertées, les radios et télés se mobilisent à leur tour et amplifient encore davantage cette histoire, laquelle d’insolite devient plus incarnée et profondément humaine… jusqu’à émouvoir la Présidence de la République qui les invite officiellement et Jean-Paul Gaultier lui-même de proposer ses services pour les relooker!!!                        « Les petites reines » d’abord un livre de jeunesse à succès de Clémentine Beauvais devient grâce à l’intelligence d’une mise en scène aussi inventive qu’astucieuse et la présence de comédiens très justes, un grand moment de théâtre, où l’émotion affleure en permanence, l’autodérision se teinte de fol espoir, d’humour à fleur de peau, de malaise toujours surmonté avec infiniment de tendresse, de pudeur et de respect pour ses héros.                      Ce spectacle tout en nuances, bercé par les tubes d’Indochine, vibrant de chair et de sentiments, proposé hier à La Baleine par la Compagnie Soy Création ouvrait superbement la nouvelle saison culturelle.

Publicités
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s