Éléphant men

Un plaidoyer d’une extrême sensibilité pour la survie des éléphants du Laos pays que l’on surnommait jadis le royaume du million d’éléphants… « Il n’y en avait plus que 40 000 il y a un siècle, ils sont moins de 1 000 aujourd’hui et si on ne fait rien dans quarante ans ils auront disparu! Il y a une naissance pour 10 décès. » c’est ce que déclare en tout début de cet album paru chez Futuropolis, un des responsables du CCE, Centre de Conservation de l’Éléphant, basé à Sayaboury, une petite bourgade près de la frontière avec la Thaïlande. En novembre et décembre 2015 fut organisée une caravane d’éléphants, laquelle parcourut 500 kilomètres pour s’achever par une grande parade de 20 pachydermes à Luang Prabang, l’ancienne capitale à l’occasion du 20ème anniversaire du classement de la ville au patrimoine mondiale de l’UNESCO. Un périple exceptionnel pour alerter l’opinion sur la nécessité de protéger la biodiversité du pays et tout particulièrement l’éléphant gravement menacé. Accompagnant cette aventure hors du commun deux dessinateurs de bandes dessinées, Troubs et Nicolas Dumontheuil lesquels portent témoignage en parallèle de leurs souvenirs respectifs… « La longue marche des éléphants » propose ainsi deux visions différentes mais complémentaires sur la vie au quotidien dans le pays: l’accueil dans les villages en fête, la bienveillance et quasi dévotion des populations pour cet animal symbolique, l’extrême complicité des cornacs avec leurs montures, la diversité des paysages magnifiés… et la conclusion évidente: les éléphants d’Asie ont aidé l’homme pour le transport de marchandises, les cultures, la construction des habitations… maintenant ce sont les éléphants qui ne pourront survivre sans l’aide des hommes, il est donc urgent de leur rendre la pareille… Le livre se décline en deux parties très distinctes: la première se lit comme un reportage in vivo sur cette longue traversée du pays, avec un graphisme et une écriture tout en rondeur et en empathie, la seconde se concentre davantage sur le travail du centre pour soigner, resocialiser et aider à la reproduction de l’espèce… le coup de crayon y est plus stylisé et plus descriptif… Et aussi en guise de bonus quelques pages agrémentées de photos à la toute fin du volume sur l’association ElefantAsia, laquelle se bat avec ferveur pour la protection de ces animaux.      Un noir et blanc velouté et soyeux, à l’exception de la couverture, enrobe intégralement cet ouvrage et donne à cette démarche écologique un supplément d’âme. À lire au plus vite.

Publicités
Cet article, publié dans B.D., est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s