Lazzaro-ci, Lazzaro-là!

« Heureux comme Lazzaro » film de Alice Rohrwacher clôturait les Rencontres à la campagne de Rieupeyroux 21ème édition, le dernier long métrage en date de la réalisatrice italienne, lequel a décroché le Prix du scénario à Cannes cette année. Dans une première partie on suit les mésaventures de Lazzaro, employé à tout faire dans une propriété agricole coupée du monde appartenant à une marquise sans scrupule, laquelle exploite son personnel de façon abjecte, se conduisant en féodalité absolue vis-à-vis d’eux « ses serfs », logés dans des taudis, sans aucun salaire, genre esclavage moderne… Plus naïf et serviable que lui, il n’y a personne… aussi subit-il en permanence sarcasmes des uns, moqueries des autres, et autres mauvais traitements du quotidien… jusqu’au fils arrogant de la châtelaine pour lequel il se dévoue sans compter et qui bien sûr n’hésitera pas à profiter de sa crédulité sans limite pour le compromettre dans une affaire d’auto- enlèvement censée rapporter gros… sauf que rien ne se passe comme prévu… Deuxième partie distincte où le même personnage se retrouve quelques années plus tard dans le monde contemporain, toujours dans des conditions de vie précaire, sans le sou, recueilli par des marginaux dans un bidonville au bord d’une voie ferrée… mais de miracles en situations improbables il va recroiser nombre de ses camarades d’infortune de jadis y compris le nobliau déchu, lequel une fois de plus va le manipuler… Un genre de fable intemporelle avec héros quasi christique en lévitation, tout de bonté et de charité illimitées, du genre à tendre les deux joues mais aussi à marcher sur l’eau et qui se joue de l’adversité avec succès jusqu’à l’ultime épreuve… Malgré Adriano Tardoli dans le rôle titre, visage poupin, yeux toujours émerveillés et chevelure ondoyante qui excelle dans ce rôle du ravi de la crèche à la candeur illimitée, on peut vite décrocher de ce récit à la symbolique omniprésente -le loup source de danger mais aussi vecteur de rédemption- … Avec aussi Sergi Lopez à contre-emploi en petit malfrat reconverti en chiffonnier bourru. On a vu de bien meilleurs films pendant la semaine.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s