Chambre d’hôtes

 Un programme très éclectique pour donner à entendre de la « musique de chambre » au sens moderne du terme, c’est à dire « des compositions pour un petit nombre d’instruments solistes », tel était le pari de cette dernière heure musicale de la saison, samedi dernier en fin d’après-midi dans l’auditorium du Conservatoire de Rodez. Un spectacle d’une durée inhabituelle, quasiment le double, pour permettre au plus grand nombre possible d’élèves de se produire en public, en duo ou en trio, avec un répertoire étonnamment varié, lequel débuta avec une oeuvre époque médiévale attribuée au roi d’Angleterre Henry VIII lequel était davantage connu pour sa cruauté – il fit notamment exécuter deux de ses nombreuses épouses-, pour s’achever par une succession de ragtimes signés Scott Joplin, dont tout le monde connaît au moins un morceau, tant le cinéma américain en a fait souvent son miel… Entre temps, on aura entendu du baroque à son meilleur avec Haendel ou Bach, du classique signé Haydn, ainsi que du plus contemporain avec Jacques Charpentier ou Pierre Sancan, deux compositeurs, liés à jamais à notre territoire, car nés ou morts dans notre région d’Occitanie… Parmi les meilleurs moments, on retiendra une partition d’Olivier Messiaen « Louange à l’éternité de Jésus » aux accents très plaintifs tout de complicité entre piano et violoncelle mais aussi deux « Danses hongroises » de Johannes Brahms jouées à quatre mains par deux très jeunes interprètes, magnifiques de dextérité et d’amplitude… Pour chaque morceau, Nathalie Le Brazidec à la direction musicale, et professeur de hautbois, présentait en quelques phrases avec verve et humour ici un auteur, là une oeuvre, modèle d’érudition intelligente à partager par tous… Que ce concert se termine en accompagnement d’un extrait d’un vieux film noir et blanc projeté en simultané de Laurel et Hardy, lequel fait en permanence référence à la nécessité du silence était un superbe clin d’œil tout de malice… qui plus est quelques jours à peine après la Fête de la Musique initiée par Jack Lang en 1982 mais célébrée maintenant un peu partout dans le monde… à moins que ce ne soit l’illustration d’une citation de Sacha Guitry: « Lorsqu’on vient d’entendre un morceau de Mozart, le silence qui succède est encore de lui » …

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Chambre d’hôtes

  1. NATHALIE LE BRAZIDEC dit :

    Je suis très touchée par cet article
    Mes élèves sauront apprécier l’attention que vous leur avez portée et le temps consacré à l’écriture toujours soignée et pertinente de votre blog
    Merci beaucoup !

  2. LAVILLE Patricia dit :

    Merci pour ce bel article.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s