Nez à nez

« Si le nez de Cléopâtre eut été plus court toute la face du monde aurait changé  » disait Blaise Pascal… « C’est un roc!…c’est un pic!… c’est un cap!… Que dis-je, c’est un cap?… c’est une péninsule! » répliquait Edmond Rostand dans Cyrano… Autre personnalité célèbre grâce à son appendice nasal, Pinocchio pièce maîtresse de la littérature – pas seulement enfantine- que l’on doit à Carlo Collodi, pseudonyme d’un journaliste italien. Bien souvent, voire uniquement, on ne connaît de ce texte que la version sucrée et rassurante que les Studios Disney ont sorti en 1940, toute d’harmonie familiale et de bons sentiments, à laquelle personne n’a échappé pendant son enfance… Sauf que l’adaptation proposée à la M.J.C. de Rodez par Filippo de Dominicis sur laquelle a travaillé pendant toute une année son groupe de comédiens amateurs est absolument aux antipodes. De ce conte où « Pinocchio est maudit » et « à l’essence profondément tragique » sic, il offre une représentation résolument plus noire, couleur dominante voire exclusive de tous les costumes pour souligner a contrario les visages maquillés de blanc, absence totale de décor où chacun déambule ainsi, se dissimule ou se faufile, se replie dans sa détresse, sa douleur ou sa solitude… Et pratiquement sans accessoire… Une marionnette que ne contrôle plus son créateur, version soft de Frankenstein, très vite incontrôlable, multipliant les mauvaises fréquentations, chenapan invétéré qui fait l’école buissonnière etc… qui ne doit de fait son salut qu’à la bonne fée bleue… laquelle le remet dans le droit chemin et métamorphose ce pantin insolent en petit garçon bien comme il faut… C’est dire que le pari d’en faire cette lecture pouvait en déconcerter beaucoup, « une ambition démesurée » disait-il humblement en préambule au spectacle… franchement réussie! Présenté comme un travail de recherches ou un atelier de création, cela s’avère in fine un grand moment de théâtre. L’homogénéité de l’ensemble des acteurs qui campent superbement chaque personnage,- et chacun à son tour le héros avec une palette très nuancée de mimiques ou d’expressions corporelles- autant que la mise en scène d’une extrême fluidité toute d’élégance et de subtilité, tout concourt pour faire de cette prestation un moment privilégié… qu’il serait vraiment dommage de ne pas proposer à nouveau dans d’autres lieux.

Publicités
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s