Rock n’rôles

Quid d’une rencontre plus qu’improbable entre Agatha Christie et Gene Kelly ??? Question incongrue n’est-il pas ? Sauf qu’Émeline Dabee, animatrice infatigable du club « Comédies musicales » de la M.J.C. de Rodez a peut être la réponse… « Mystery Rock »  titre du spectacle de fin d’année proposé hier in situ en dévoile quelques pistes. Une intrigue prétexte aussi farfelue que délirante qui voit nombre de monuments emblématiques du monde entier disparaître les uns après les autres (coup de chapeau aux trucages vidéos): la Statue de la Liberté, la Tour Eiffel, la tour de Pise… demain le Taj Mahal, le Kremlin, ou le musée Soulages sic… et que l’on a tôt fait d’oublier car elle n’est là que pour servir de fil rouge à une succession de numéros chantés et dansés, tous dopés à l’enthousiasme et à la folie douce… car l’essentiel est ailleurs. On en revient à l’essence même du genre: des touches de naïveté et d’irréalité pour offrir des envolées vocales ou des mouvements réglés au cordeau mettant en valeur la vingtaine d’interprètes… À l’évidence ceux-ci se sont fait plaisir et, in fine, le partagent volontiers avec nous. Le répertoire est on ne peut plus éclectique: la chanson française style Téléphone, Rita Mistouko ou Trust par exemple côtoyant des incontournables de l’imaginaire américain comme les Blues Brothers, Grease ou Elvis Presley notamment… La multitude de costumes flashy aux couleurs acidulées très cluedo, lamé, strass et fanfreluche en prime, sont du meilleur effet pour installer cette atmosphère aussi déconnectée que fantaisiste. Quant au lieutenant de police, pilier de cette histoire, chargé de démêler cette énigmatique imbroglio, il est du genre hybride: embonpoint d’Hercule Poirot, démarche hésitante de Colombo, sagacité de Sherlock Holmes, le tout sous une perruque blond platine façon Elton John, un modèle aussi fantasque que déconcertant! Une salle comble pour une soirée virevoltante et très agréable placée définitivement sous le signe de la bonne humeur contagieuse, où l’on ne se prend pas au sérieux certes, mais exécuté superbement, preuve de tout le travail préalable au long cours que cela suppose.      À égale distance de West End et de Broadway.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s