Bipolaire

« Hiver rouge » de Anneli Furmark est un roman graphique paru chez Ça et Là situé à la fin des années 70, dans la froideur de l’hiver suédois, alors que les sociaux-démocrates au pouvoir pendant plus de quarante ans viennent de perdre les élections et que la droite conservatrice s’est installée aux affaires. Plusieurs partis communistes ou d’extrême gauche s’activent au niveau national mais aussi dans de petites bourgades, essayant notamment de s’implanter dans les usines et de prendre le contrôle des syndicats ouvriers… Un jeune activiste venu du Sud mandaté par son organisation débarque ainsi dans ce petit village du nord du pays et se fait embaucher dans l’aciérie locale: en poste de nuit, distribuant tracts et propagande le jour, tout en multipliant les réunions et les contacts avec ses collègues… du militantisme politique pur et dur sauf qu’il tombe rapidement amoureux d’une femme plus âgée que lui, mariée à un syndicaliste local qui en veut à tous ces petits partis de gauche à qui il impute la défaite. Elle est mère de trois enfants et employée de bureau pour la section jeunesse du parti social-démocrate… en clair deux visions antinomiques au possible sur l’engagement au jour le jour, le rapport à la politique et au patronat etc… Culpabilité de l’une par rapport à sa famille et ses proches, condamnation du comportement « petit bourgeois » de l’autre par des camarades aveuglés par leur idéologie, c’est Roméo et Juliette en version nordique, une idylle qui passe mal entre pudeur et remords, où l’intime se frotte au collectif… la révolution prolétarienne fantasmée face aux élans du cœur… Un récit qui multiplie les points de vue sur cette histoire passionnelle dont chacun, et pas seulement les deux amants, essaie au mieux de s’accommoder, en prendre acte ou composer avec… des cheminements parallèles où idéalisme et vie quotidienne sont difficiles à concilier… Les dessins du genre stylisé et les aquarelles bleutées accentuent le climat aussi feutré que sans illusion de ces héros si humains incompris de leur entourage…                                                                                              Une B.D. exact contraire d’une omelette scandinave, glacée à l’extérieur, brûlante à l’intérieur.

Publicités
Cet article, publié dans B.D., est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s