Sur la route…

À peine une heure pour se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle depuis le Puy en Velay, c’est l’exploit improbable réalisé par Antoine Charpentier et ses élèves de la classe de musiques traditionnelles du Conservatoire de Musique de Rodez. Via Podiensis, du nom de l’une des quatre routes principales qui sillonnent la France et qu’empruntaient les pèlerins dans leur long cheminement pour aller se recueillir sur la tombe d’un des apôtres, c’est aussi le nom du concert proposé aujourd’hui en fin de matinée à la médiathèque de Rodez pour célébrer les 20 ans du classement au patrimoine mondial de L’UNESCO de ces chemins plus que millénaires, l’occasion de faire plusieurs haltes musicales tout au long du voyage. À l’honneur, entre autres instruments, toute une gamme de cornemuses, certaines de chez nous comme la boudega ou la cabrette mais aussi d’autres variantes moins connues telles des gaïtas d’Aragon ou de Galice, et bien sur l’incontournable accordéon en version chromatique ou diatonique pour ponctuer les différentes étapes de ce périple au long cours… Pour chaque grande région traversée, sa spécificité était mise en valeur, bourrées très rythmées du Rouergue notamment ou onomatopées psalmodiées pour évoquer les sonneurs de cloche de l’abbaye de Conques, mais aussi fandango du Pays basque ou danses coté espagnol par exemple…une succession de morceaux pour faire « découvrir l’écho des pierres jalonnant le parcours »… Ce concert s’inscrivait aussi dans l’ensemble des divers événements prévus par la ville de Rodez pour mettre du baume au cœur jusqu’à la prochaine Estivada, programmée comme chaque année en juillet. Croix occitane bien en vue pour planter le décor, c’est à un concert de musique enjouée, festive et sans prétention qu’était convié le public visiblement ravi, y compris les nombreux pitchouns fréquentant la ludothèque à l’étage. Un excellent moment pour donner un éclat contemporain à un événement tout particulièrement important dans notre département depuis le Moyen-Age et dont les traces, de la dômerie d’Aubrac jusqu’à Sainte Foy, sont autant de témoignages de ces grandes migrations.                                                                                                                      À l’époque une forte composante de religiosité et de dévotion, à l’heure actuelle plus du registre de l’intime ou de la quête spirituelle. On pourra les retrouver demain dès 16 heures à Estaing sur la place du village.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s