Christine and the queers

Un documentaire de 2015 qui revisite l’histoire des luttes des femmes depuis les années 60 où des images d’actualités le plus souvent en noir et blanc font écho aux souvenirs de Christine Delphy, sociologue et directrice émérite de recherches au CNRS, laquelle filmée en plans fixes se confie à la caméra d’une collègue Sylvie Tissot, et à sa sœur Florence coréalisatrice, avec qui elle partage outre ses activités  professionnelles, des engagements féministes. « Je ne suis pas féministe, mais … » titre du film est une référence explicite à la phrase presque d’excuses avec laquelle elle commençait souvent ses interventions lors des différentes manifestations auxquelles elle participait. Une activité militante débordante entre fondation du M.L.F., travail au sein d’une organisation de défense des Droits Civiques des Noirs aux États-Unis, dénonciation de l’exploitation économique au cœur de l’institution familiale traditionnelle, remise en cause du patriarcat, revendication du droit au plaisir quelle que soit sa sexualité, droit à l’avortement etc… etc… « un mouvement qui a donné un sens à ma vie » comme elle le reconnaît bien volontiers … C’est donc un retour sur un parcours personnel qui balaie largement le dernier demi-siècle de conquêtes sociales et culturelles ayant changé radicalement la vie quotidienne de toute la population, un vaste panorama qui permet autant de mesurer tout le chemin accompli que d’ouvrir des portes sur l’avenir. Sincérité et douceur, pugnacité et pudeur, nourrissent des réflexions de haut vol, sans oublier l’écueil à franchir pour concilier théorie et pratique. Les figures tutélaires de Simone de Beauvoir ou de Delphine Seyrig, le manifeste des 343 personnalités pour la liberté de contraception et d’avortement publié le 5 avril 1971 dans le Nouvel Observateur, loi Veil ultérieure, autant de repères qui éclairent la trajectoire d’une militante résolue, un portrait riche d’humanité d’une étonnante vitalité.                                                                                                                     La projection était organisée à la médiathèque de Rodez hier 8 mars, pour célébrer ainsi la Journée Internationale des Droits des Femmes.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s