Secrets de famille

Projeté hier à 18 heures dans le cadre du cycle Histoire personnelle proposé par la médiathèque de Rodez, dans la Petite salle, « Patria obscura » est un film de Stéphane Ragot dans lequel celui-ci part à la recherche de ses ascendants et plus particulièrement de ses deux grands-pères morts depuis longtemps. Photographe de profession, il a retrouvé de vieilles photos en noir et blanc qu’il va confronter à ses propres souvenirs et à ceux de ses proches, remontant l’arbre généalogique, retrouvant ici et là quelques traces que ses aïeux auraient pu laisser… Lui « fils de la République détenteur de papiers en règle » se voit comme le « réceptacle de trajectoires complexes », deux familles totalement différentes qui n’ont pour seul point commun que l’absence d’une figure paternelle, l’un disparu sur le front de Somme pendant la Grande Guerre, l’autre n’ayant pas reconnu sa descendance… Dans les archives familiales, il découvrira que d’un coté tout le monde est militaire de carrière, dont plusieurs membres hauts gradés notamment un colonel des parachutistes défilant à la Libération et félicité par le général de Gaulle lui-même, de l’autre un milieu beaucoup plus simple: garde-champêtre et petit commerçant… En fouillant encore davantage il s’apercevra que nombre de non-dits ou de silences inavouables quant à la filiation plane autour de lui. Patiemment il renouera les fils disparates de sa propre identité, la confrontant à ses doutes ou ses espoirs, des racines qui passent notamment par Oradour-sur-Glane, le mémorial de Notre-Dame de Lorette ou la commune de Gentioux-Pigerolles, petit village de la Creuse, et son monument aux morts pacifiste, seul du genre, sur lequel on peut lire cette phrase passée à la postérité « maudite soit la guerre » prononcée par un enfant le poing levé… Interrogations sur ses ancêtres et la part d’ombres laissée dans sa propre histoire notamment ce qu’elle a de plus  intime… la genèse de son existence et in fine de son identité et de sa spécificité… avec en contrepoint la situation d’immigrés sans titres de séjour à qui on dénie tout droit…                                    Un documentaire à la fois très autobiographique mais aussi très impudique pour essayer de trouver sa propre voie nonobstant le poids d’un lourd passé. Et en creux un témoignage sur l’histoire de France de ces dernières décennies.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s