À la page

Une journée vraiment réussie que cette « Nuit de  la lecture » 2 ème édition au plan national mais déclinée pour la première fois à Rodez dans deux lieux hautement symboliques que sont la Maison du Livre, la plus grande librairie de la région hors Toulouse et la Médiathèque de la ville avec son annexe, la petite salle où se déroulent régulièrement de nombreux événements -entre autres les projections du jeudi fin d’après-midi-. Et tout cela ne serait pas pour déplaire à Françoise Nyssen, actuelle Ministre de la Culture et ancienne directrice des éditions Actes Sud. Un programme éclectique qui débutait par un petit-déjeuner littéraire gourmand, car agrémenté notamment de thé à la menthe et son assortiment de pâtisseries orientales, autour de Jacqueline Jondot professeur d’université venue tout spécialement de Lyon pour une rencontre sur les diverses traductions du célébrissime recueil de contes « Les Mille et Une Nuits », de la plus classique et traditionnelle d’Antoine Galland à la plus coquine, égrillarde et carrément déjantée de Richard Francis Burton présenté comme « un clone d’Indiana Jones avant l’heure » aussi aventureux que scandaleux pour son époque, un modèle de conférence où l’’érudition le dispute à la convivialité, l’intelligence à  la modestie, du genre à ouvrir toujours davantage vers d’autres horizons… absolument parfait.                                            Autre temps fort, à nouveau à la librairie à 19 heures cette fois, devant une salle archi-comble pour découvrir « Le luth andalou » de Claude Clément lu par elle-même, où l’on croise le preux chevalier Lancelin, des maures se repliant d’Espagne et les connections très sensibles du luth et de l’oud, le tout bercé par des musiques sensuelles du dit instrument, en duo hier avec un violon, et, simultanément, des calligraphies en live: entre délice et nirvana…                                                                                                                                                Pour conclure rendez-vous en soirée à la Petite salle, évidement complet lui aussi, pour des lectures à la bougie par quatre bibliothécaires ou libraires toutes enveloppées de djellabas chatoyantes pour nous envoûter plus encore. Chaque conte, récit, légende ou malice, auréolé de miel et de mystère entre paroles d’introduction en arabe et mélopées délicates, devient magie à l’état pur…

Publicités
Cet article, publié dans Divers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour À la page

  1. MERCI Monsieur Dessorty pour ce superbe article qui nous réjouit le coeur après notre prestation, « Le luth Andalou » à la Maison du Livre de Rodez ! Les Ruthénois ont su braver le mauvais temps pour un moment de lecture partagé… Bien cordialement à vous. Claude Clément.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s