L’odyssée de l’espèce

Un décor en deux parties mi-futuriste, mi préhistorique, d’un côté d’immenses panneaux qui ne laissent apparaître que des silhouettes ou des ombres furtives, des halos vaporeux, des lasers qui découpent l’espace, de l’autre un rocher monumental à la vue de tous, l’imaginaire et le réel, un monde virtuel et son pendant bien concret, voilà l’atmosphère surprenante qui enveloppera pendant une heure environ le premier spectacle de cette nouvelle année 2018 présenté hier à la M.J.C de Rodez. « Héritages » dernière création en date de la Compagnie Créature, une troupe déjà croisée plusieurs fois sur cette même scène, propose un mélange de théâtre, marionnettes et masques pour une réflexion intelligente autour de l’identité, de la transmission, de la place de chacun dans l’histoire familiale, l’environnement éducatif, social et culturel, dans lequel il a été baigné, « l’instinct du bonheur  » etc… Tout part d’une boutade, d’un jeu en apparence sans conséquences qui permet à un jeune couple encore hésitant de choisir son futur enfant sur mesure, ses caractéristique physiques, ses qualités forcément indéniables, voire pourquoi pas aussi quelques défauts acceptables… en clair le nec plus ultra, tutoyer l’idéal, un pari à relever qui se concrétise sous forme de points que l’on gagne ou l’on perd en fonction des souvenirs que l’on partage, des espoirs motivés ou déçus, de ses attentes ou de ses souhaits… Et miracle rapidement l’enfant paraît… et avec lui nombre de questionnements légitimes, de doutes, d’angoisses, d’incertitudes… Chaque personnage de chair ou de fiction tisse ainsi lentement avec autrui sa toile de relations aussi nuancées que complexes, d’intimités, de jardins secrets, de non-dits avec une extrême pudeur, se dévoilant ou non… Texte de commande de Bernard Friot qui vise juste avec en permanence le souci de nourrir les interrogations de chacun, une mise en scène de Lou Broquin à la fois aussi sophistiquée que fluide, ce spectacle protéiforme tout en délicatesse et poésie interroge à juste titre le devenir de chacun.

Publicités
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s