En marche

Sur le plateau, un immense atlas qui recouvre tout, dans un coin un lit tout simple, armature métallique, une couverture sommaire recouvre un matelas très fin… dans l’angle opposé un tas de sacs remplis à la hâte, des grands ballots en plastique coloré où l’on a glissé l’essentiel d’une vie d’errance… « Le garçon à la valise » texte de de 2004 de l’auteur britannique Mike Kenny, hélas plus que jamais d’actualité, nous plonge dans les pas d’un jeune adolescent, lequel doit fuir au plus vite son pays ravagé par la guerre. Un périple à hauts risques qui demande beaucoup de courage, auquel il se trouve confronté seul, ses parents n’ayant pas assez d’argent pour payer un passeur pour toute la famille… à la poursuite d’un Eldorado fantasmé, Londres, que son frère aîné a précédemment rejoint quelques années plus tôt. Une fiction glaçante qui fait écho à la vie de milliers de réfugiés pour motifs politiques, religieux, appartenance à des minorités ethniques ou préférences sexuelles etc… lesquels n’ont guère d’autres choix. Bercé dans son enfance par les aventures de Sinbad le marin que lui a si souvent contées son père, il entreprend à son tour Le voyage, indispensable, au cours duquel il devra braver tous les dangers, traverser des déserts ou des montagnes enneigées, se confronter au racket des garde-frontières ou des trafiquants, à l’exploitation éhontée par des patrons esclavagistes dans une usine textile, aux menaces en tous genres… avant d’être recueilli par d’humbles pêcheurs, reprendre des forces pour in fine essayer de toucher au but… où la réalité est loin de ressembler au rêve qui l’a porté. Une mise en scène sobre et efficace,  des acteurs convaincants et ce texte de chair et de larmes, la Compagnie de Louise, troupe venue de La Rochelle, réussit à rendre palpable cette tragédie, sans excès de pathos, avec une infinie pudeur et beaucoup de retenue.                                                                Une histoire bouleversante qui vise juste, la conscience autant que le cœur de chaque spectateur.

Publicités
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s