Verbatim

Un texte foisonnant d’idées, bruissant de vie et porté par deux comédiens qui dépensent une énergie incroyable, investissant l’espace, interpellant les uns, apostrophant les autres, se démenant en tous sens, rebondissant de réparties fulgurantes en dialogues impromptus pour faire vivre une représentation sans aucun temps mort, en perpétuelle urgence… tel est ce texte de Jacques Allaire dont la genèse est la collecte de paroles de lycéens de la région. Des heures et des heures d’échanges informels sur le monde tel qu’il est ou devrait être, la société actuelle où l’on se doit de composer, plus ou moins à l’aise, l’éducation que l’on reçoit, la discrimination invisible, les inégalités criantes ou le racisme latent… c’est dire si on embrasse large et tous azimuts… On connaît la Cité radieuse de Le Corbusier à Marseille ou le Palais Idéal du Facteur Cheval… bienvenue à Callipolis (une utopie) un terme grec emprunté à Platon, la Cité Heureuse où tout est à inventer, le possible à portée de mains et l’extravagance contagieuse. Cette création qui puise autant dans la sociologie que dans le documentaire est une compilation non exhaustive de thèmes chers à la jeunesse actuelle, affranchie de la pression familiale ou sociale pour donner libre cours aux envolées les plus lyriques comme les plus folles, à l’imaginaire ou au pragmatique, où le meilleur côtoie l’improbable pour une société de demain respectueuse de tous et génératrice de bonheur à construire et à partager… Installés aux deux extrêmes de la salle de classe métamorphosée pour l’occasion en agora grouillante, c’est au milieu des élèves et/surtout avec eux que les deux interprètes Chloé Lavaud et Valentin Rolland dissertent, se confrontent ou dialoguent à partir de cette trame de réflexions collectives. Les déplacements incessants, les relances, les graffitis sur les murs, les tags au sol, tout devient prétexte pour enregistrer ce remue-méninges étonnamment inventif, pétri de générosité et d’altruisme, de fraternité bienveillante et de solidarité active… Mieux qu’un programme subtilement élaboré, une véritable révolution mentale pour repeindre le monde aux couleurs de l’espoir.                                                    Utopie aujourd’hui? réalité demain… On pense bien sûr aux assemblées générales du mouvement Nuit Debout, aux manifestations festives, à « l’imagination au pouvoir » slogan de Mai 68 etc… Ce spectacle présenté en séances scolaires dans le cadre de la 4ème édition de Novado, aussi novateur que formidablement abouti se transcende en parabole citoyenne vertigineuse résolument engagée.

Publicités
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s