Vérino c’est rosse

Une entrée en matière très inhabituelle sous forme d’échanges de correspondance façon Facebook où depuis les coulisses il dialogue avec son public via un clavier, blaguant de tout et de rien sur un ton faussement détaché, jusqu’à nous inviter dans sa loge, tel est Vérino, sémillant trentenaire virevoltant, lequel, quelques instants plus tard, déboule en chair et en os sur la scène de la Baleine pour la dernière soirée de cette édition de Rire Onet. Du genre lutin espiègle et hâbleur, petit gabarit mais esprit vif, micro en mains, il s’approprie le plateau et commence son spectacle, le sourire mutin et l’air de rien. C’est un patchwork qui parle aussi bien des affres de la vie de couple, avant et surtout après la naissance des enfants, des sorties aux bacs à sable que des séminaires d’entreprise où se côtoient la hiérarchie imbue de sa personne laquelle parle pour ne rien dire mais tient à le faire savoir et les sous-fifres invités qui subissent en silence mais n’en pensent pas moins… Le ton change ensuite, et en parallèle l’ambiance frémit aussi dans la salle, quand il aborde des sujets beaucoup plus délicats comme « le potentiel comique du cancer », le handicap, les rapports hommes/femmes ou le terrorisme… Jonglant avec malice de ces moments un peu en apesanteur, il ne manque pas de désamorcer très vite en quelques phrases ces situations, et, tel un chat c’est avec agilité, qu’il retombe sur ses pattes, enchaînant sur des thèmes plus légers comme des altercations entre automobilistes coincés dans un embouteillage ou les fantasmes plus ou moins avouables de tout un chacun… La tchatche facile, l’humour iconoclaste, les bons mots ici ou là, l’imagination en verve, les mimiques qui font mouche sont autant de qualités indéniables qui lui ont permis de se faire repérer lors de ses nombreuses prestations télévisées chez Laurent Ruquier… Par bonheur il conclut son one-man-show d’environ une heure et demie avec un dernier sketch vraiment désopilant autour d’un distributeur automatique de baguettes, un moment jubilatoire qui relève une impression générale un peu mitigée…

Publicités
Cet article, publié dans Humour, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s