Double détente

Prendre son temps, toujours cool, zénitude et tchatche volubile, voilà les ingrédients de Lou Dàvi en Dub, lequel passait sur la grande scène en seconde partie de soirée de clôture de l’édition 2017 de l’Estivada. Look vintage et couvre-chef à l’ancienne rivé sur la tête pour le chanteur, beaucoup plus dans l’air du temps pour le musicien, lequel s’affaire derrière ses claviers ou son ordinateur bourré de sons préalablement samplés, tel est le duo insolite à qui revenait la lourde tache de réveiller un public un peu assoupi. Pour ce faire rien de mieux que la méthode douce, l’homéopathie plutôt que le traitement de choc… Et c’est ainsi que de touches orientales en accents plus soutenus, de sonorités ouatées en envolées plus percutantes, progressivement s’installe une atmosphère toute de bonhomie tranquille, une ambiance feutrée et cosy dont personne ne se sent exclu, du feel good story version cocoon occitane… Un côté peace and love ou flower power très sixties en traduction terroir soft, qui sans brusquer son public lui envoie quelques messages bien sentis sur la société actuelle pas jolie jolie, l’avenir pas forcement réjouissant que l’on nous propose et autres réflexions sur le bétonnage intensif, la consommation à outrance ou la nécessité pour « les petites gens de se serrer les coudes et de montrer les dents »… Le tout habilement distillé sur un tempo reggae aussi agréable que chaleureux, où l’on se love avec plaisir. No stress, rien ne presse, on peut à loisir prolonger encore et encore chaque morceau… au risque de lasser, tant que règne la « conviviencia » bienveillante. Le spectacle prend ses aises et s’étire à loisir, le côté minimaliste de la présence scénique s’accommodant parfaitement de ce rythme tout de nonchalance relax, la bonne humeur en bandoulière, où l’on fait souvent référence à des valeurs de tolérance, de mixité et de partage…                                                                              Un art de vivre autant qu’une philosophie à laquelle on ne peut que souscrire…

 

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Double détente

  1. StanRodez dit :

    Très agréable au début, mais il y avait un côté redondant un peu lassant à la longue, surtout sur 1h30.
    Vos critiques sur les différents concerts de l’Estivada sont plutôt justes et bien écrites et reflètent ce que j’ai pu ressentir également. Pas d’article sur le dernier concert ? Dommage, il était plutôt rythmé et assez enthousiasmant malgré l’heure tardive.
    En tout cas, Merci pour ces retranscriptions.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s