Goulamas’k ça gaze

Dans le genre qui ne laisse pas indifférent, toujours prêts à s’indigner et à s’engager pour les plus faibles, les Héraultais de Goulamas’k ne sont plus à présenter, eux qui depuis près de 20 ans chantent aussi bien en français qu’en occitan , en espagnol qu’en catalan autant pour crier leur révoltes que pour réaffirmer leur identité. Des luttes du Larzac au soutien aux syndicalistes de Goodyear auxquels ils ont offert l’an dernier une compilation de huit titres, c’est dans l’A.D.N. du groupe de ne jamais renoncer… Leur dernier album en date auto-produit Resistencia résume bien leur état d’esprit, quant à leur attachement viscéral à la région, lequel se traduit aussi par leur volonté que la page Wikipedia qui leur est consacrée ne soit disponible que dans les seules langues régionales… C’est dire si à l’Estivada ils sont comme des poissons dans l’eau… Torse nus, muscles bien saillants et pectoraux en bandoulière, pantalons ou kilts c’est selon, leur nom scintillant en fond de scène, ils ne passent pas inaperçus, ils sont comme des morts de faim, prêts à dévorer tout ce qui bouge. Leurs instruments sont extrêmement variés, la grailhe s’accoquine de cuivres tonitruants, la guitare dévastatrice fait écho au velouté du bouzouki ou du sac dels gemecs, variante de la cornemuse, le tout se conjugue pour un déluge d’énergie hautement communicative, genre tsunami sonore et vocal à renverser tout sur son passage. Une musique fortement enracinée, mémorielle autant que prophétique, où rock, reggae, trad ou ska sont les multiples facettes d’une même volonté de dévorer la vie à pleine dents mais toujours avec le souci d’être à l’écoute de l’autre, de respect mutuel, le tout baignant dans une convivialité festive délicieusement contagieuse qui fleure bon les bandes originales des films d’Émir Kusturica… On y évoque aussi bien la Skatalunya que l’héroïsme des Cathares retranché au château de Montségur, les Peshmergas qui défendent pied à pied leur territoire que les nombreux ouvriers licenciés au prétexte de la crise économique…faux semblant pour accroître toujours plus les bénéfices de quelques-uns…                                                                                                                   Du militantisme social, culturel, universel et humain, forcément humain… pour un concert qui donne pêche, confiance et espoir, lancement parfait pour cette seconde soirée sur la grande scène devant un public toujours aussi nombreux.

 

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Goulamas’k ça gaze

  1. COT Fred dit :

    merce plan pour ton article. pour ce qui est de wikipedia il a été retiré en français car des gens j’imagine fachisant on fait pression a wikipedia, voilà pour l’histoire
    Fredgoulamas

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s