Liberté, CALIté, fraternité

Un récital chaleureux, débordant d’énergie et de générosité, où l’artiste se donne à fond et mouille sa chemise, dans tous les sens du terme, voilà comment on pourrait résumer le spectacle offert par Cali sur la grande scène en seconde partie de la soirée d’ouverture de l’Estivada 2017. Quel contraste avec le ronron aussi enjôleur qu’apathique auquel il succédait! La tempête après le calme, l’explosion après la routine, l’embrasement après le feu de camp… et plaisir supplémentaire le concert a débuté une demie heure plus tôt sue prévue pour se prolonger encore et encore bien au-delà de minuit devant un public visiblement conquis… Du punch à revendre, des moments forts qui se multiplient, des chansons d’une extrême sensibilité, attentif aux autres et sa façon bien particulière de communiquer avec son public, n’hésitant ni à fendre la foule micro en mains ni à se faire porter à bout de bras par des fans en délire, voilà les ingrédients d’un spectacle complet… Sonorités éclectiques qui envoient et jeux de lumières élaborés ne sont qu’un écrin taillé au plus juste pour mettre en valeur sa voix chaude, des textes nourris de sensualité, de sentiments et de ferveur. La révolte élégante, l’indignation pudique, la douceur lumineuse, le bonheur douloureux, la vulnérabilité amoureuse… chaque chanson résonne longuement au plus profond des cœurs et des âmes… Le souvenir ému aux victimes du Bataclan ou la référence toute de tendresse à ses parents, enfants de Républicains espagnols ayant fui la dictature de Franco, sont autant d’hommage aux migrants, aux  humbles, aux héros du quotidien, à tous ceux pour qui la solidarité n’est pas un vain mot… De l’humanité, de la bienveillance, de l’empathie et de la passion, les fondamentaux d’un chanteur écorché vif lequel revendique l’enthousiasme de ses engagements pour une société plus juste, ouverte aux autres et respectueuse de chacun…Un spectacle vibrant d’une infinie douceur et d’émotions partagées qui irradie de confiance et d’optimisme en ces temps difficiles.                                                                         Un concert qui fera date. « C’était le bonheur, c’était le bonheur.. ».

 

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s