Addisiatz

Nadau en spectacle à l’Estivada c’est un rendez-vous qui se renouvelle à intervalles réguliers, sans compter les autres multiples passages de la formation au fil des ans, dans l’Aveyron, c’est dire que la programmation le joue très consensuel pour ne pas dire peu imaginatif. Il faut reconnaître que vu l’ ancienneté du groupe, sa notoriété construite patiemment, laquelle va bien au-delà même de l’Occitanie, et des C.D. en nombre, on joue sur du velours et sur de faire recette,… Et pour la soirée d’ouverture de cette nouvelle édition sur la grande scène, c’est vrai que l’esplanade des Rutènes était très largement garnie, que le concert a gentiment ronronné du début à la fin, que chacun pouvait s’y retrouver… La musique  toujours  excellente réussit le mariage harmonieux de sonorités disparates, qu’il y a ce coté cocoon apaisant que d’aucuns recherchent, comme un doudou intemporel où se ressourcer, la certitude de partager des souvenirs avec plusieurs générations… Sauf que hier soir on a touché les limites de l’exercice, à savoir que ce concert semblait tourner en boucles pour ne pas dire presque un copié-collé du précédent… Mêmes historiettes et anecdotes qui ne retiennent vaguement l’attention que de quelques-uns, mêmes blagounettes trop entendues…. Le public semblait au mieux résigné, plus probablement lassé… il régnait une étrange atmosphère, irréelle, comme si tous, musiciens comme spectateurs étaient témoins volontaires ou non qu’une épopée autant identitaire que culturelle était en train de s’achever. Au manque d’énergie des uns correspondait l’apathie magnanime  des autres… La bienveillance de bon aloi ne faisait plus qu’un lointain écho à la complicité de jadis… et chacun de faire bonne figure mais sans y croire vraiment… Et même « l’immortela » l’hymne officieux de toute une région, si souvent repris à pleine voix par un public quasiment en transes ne recevait qu’un accueil poli, à peine murmuré du bout des lèvres par les fans les plus inconditionnels ….     Un moment surprenant, presque aussi inachevé que déstabilisant, empreint autant de respect que de mélancolie après plus de 40 ans d’histoires en commun …

 

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Addisiatz

  1. Salson dit :

    Apparemment on a pas assisté au même concert ! Et l’auteur de cet article semble avoir un contentieux avec les Nadau, en tous cas un compte à régler pour être si partial ,voire de mauvaise foi. .
    Dommage …car par contre, l’écriture sur la prestation des Goulamas’k était plutôt sympathique. .

    • Bonjour,

      j’ai bien pris note de vos commentaires que je vais publier et je suis très heureux de vous compter parmi mes lecteurs. Par contre pour répondre à votre interrogation quant à un éventuel  » contentieux… ou compte à régler avec Nadau » je vous renvoie à un article précédent daté du 24 juillet 2014 intitulé Lo Papet qui revenait sur une prestation autrement aboutie. Je crois simplement qu’il y a des concerts plus ou moins réussis et que cette fois c’était probablement la fois de trop. Cordialement

  2. garcia dit :

    Grand « fan » de Nadau ,je suis plutôt d’accord avec l’auteur de l’article ;je suis revenu déçu de cette soirée ,il manquait quelque chose ,tant du côté de la scène que du public ;on ressentait un espèce de désintérêt dans un exercice imposé .Dommage ;c’est peut-être du à la gratuité du concert qui draine des « festaïres » peu concernés par ce qui se passe sur scène ; mais je reste fan de Nadau lui-même et de ces musiciens qui m’ont souvent ému

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s