Chiffres à l’appui

Trois scientifiques capables de résoudre des équations impossibles, d’anticiper l’inattendu ou d’inventer des trajectoires inédites pour des fusées, en clair des cerveaux hors pair à qui tout devrait sourire… Sauf que ces trois mathématiciennes sont afro-américaines, que l’on est au tout début des années 60 et que la ségrégation raciale est encore bien présente au quotidien en particulier en Virginie que ce soit dans les écoles, les bus, les bibliothèques, les toilettes etc… Le Mouvement de Droits Civiques de Martin Luther King, futur Prix Nobel de la Paix ne cesse de s’amplifier pour faire respecter les nouveaux droits acquis devant la Cour Suprême mais qui, dans de nombreux états, ne demeurent que virtuels… Trois amis et personnalités exceptionnelles, Katherine Globe aux aptitudes intellectuelles hors norme, Mary Jackson qui deviendra ingénieure de très haut niveau et Dorothy Vaughan laquelle dirige un département de calculatrices humaines (car les premiers ordinateurs d’IBM n’en sont qu’à leurs débuts et tous leurs calculs se doivent d’être systématiquement vérifiés en parallèle ) sont engagées par la NASA pour travailler sur le programme spatial ambitieux que Kennedy vient de lancer. Nous sommes en pleine guerre froide et celui-ci doit permettre aux USA de rattraper et supplanter les Russes dans la course à l’espace, au premier vol de Gagarine doit répondre au plus vite le vaisseau de John Glenn… Reléguées dans des taches subalternes dans des bâtiments le plus loin possible des centres de décision, volontairement non convoquées lors des réunions stratégiques, sous-estimées et ignorées au mieux, elles devront se battre jour après jour pour grignoter visibilité et confiance de leurs homologues ou supérieurs blancs évidemment, et très largement masculins, pour se voir reconnaître à leur juste valeur. C’est tout cela que montre le film « Les figures de l’ombre » de Theodore Melfi. Les trois actrices principales vues aussi bien dans des séries à succès que comme chanteuses de soul incarnent dans ce biopic, classique par sa forme mais très convaincant par son esprit, avec intelligence et respect l’étoffe de ces héroïnes trop méconnues.

 

Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s