Photo Génie

Une bande dessinée remarquable pour quiconque s’intéresse de près ou de loin à l’Histoire récente. Quel meilleur témoin que Endre Ernö Friedmann, de nationalité hongroise, plus connu sous le pseudonyme de Robert Capa, inventé pour lui par une autre très grande photographe de guerre d’origine juive allemande et polonaise, Gerda Pohorylle dite Gerda Taro, grand amour de sa vie. Ils partageaient non seulement le même souci d’être au plus près de l’événement et d’en rendre compte par leurs clichés qu’une passion dévorante l’un pour l’autre. Ce besoin toujours réaffirmé d’authenticité et de vérité les conduisit à multiplier les risques sur différents fronts avec toujours la volonté d’en donner à voir sa dimension humaine. Convictions politiques antifascistes et engagements artistiques allaient toujours de pair. On connaît certains de ces clichés parmi les plus célèbres comme celui qui immortalise le Front Populaire le 14 juillet 1936, mais aussi «Mort d’un soldat républicain» touché par une balle franquiste ou ceux pris en débarquant avec un bataillon d’infanterie sur la plage d’Omaha Beach le 6 juin 1944, 11 photos plutôt floues prises dans ces conditions extrêmes connues sous le titre de «Magnificent Eleven » et tant d ‘autres encore… jusqu’à la « valise mexicaine » retrouvée en 2008 contenant près de 4 500 négatifs inédits… Jamais il ne cessera d’innover testant toujours de nouveaux appareils ou des pellicules plus sensibles. De couvertures de magazines comme Vu ou Life en reportage sur les à-côtés du Tour de France de 1939, de sa relation longtemps restée secrète avec Ingrid Bergmann et les intrigues d’Hollywood à ses amitiés avec John Steinbeck ou Ernest Hemingway, des longues nuits de beuverie ou de poker à tuer l’ennui ou à se donner du courage avant de parcourir les champs de bataille, rien ne manque dans la magnifique fresque de Florent Sillloray qui lui rend hommage. « Capa l’étoile filante » biopic paru chez Casterman est un modèle du genre, ni complaisant, ni hagiographique, juste à bonne distance, le portait d’un homme de convictions qui révolutionnera le statut de photo-journalistes ou reporters de guerre en créant en 1947 avec quelques-uns de ses camarades la toute première coopérative photographique Magnum, laquelle permettait enfin aux photographes de garder un contrôle total sur les droits de leurs photos… Les plus grands noms de cette époque jusqu’à nos jours travailleront pour cette agence devenue à jamais la référence. Des nuances sépia au découpage intelligent de chaque planche, tout concourt à faire de cet album une réussite exceptionnelle.                                                                                                       Un homme dont la devise « si vos photos ne sont pas bonnes c’est que vous n’êtes pas assez près» illustre le destin hors du commun. Une nouveauté à découvrir à la médiathèque de Rodez .

Publicités
Cet article, publié dans B.D., est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s