Fauve qui peut

Le réseau ferroviaire le plus dense au monde, des milliers de kilomètres de voie ferrée, des trains qui sillonnent le pays dans tous les sens, 5 milliards de passagers et 350 millions de marchandises par an, tout cela hérité de l’empire britannique a fait de l’Inde un pays profondément lié à ce mode de transport…                                             Dans un quartier défavorisé de la petite ville de Khandwa, au fin fond du Madhya Pradesh, survit tant bien que mal une famille humble, mère seule élevant trois enfants, lesquels l’aident de leur mieux, récupérant ici quelques morceaux de charbon qu’ils revendent, là en convoyant des pierres etc… Un jour, les deux frères débarqués dans une gare dans l’espoir de grappiller quelques objets oubliés par les voyageurs se séparent, le plus grand partant en recherche, laissant le plus jeune dormir sur un banc… Lorsque celui-ci se réveille, machinalement il monte dans des wagons à l’arrêt… sauf que tout d’un coup le convoi démarre, les portes se referment et qu’il se retrouvera 1500 km plus loin, seul, à Calcutta, la capitale tentaculaire du Bengale Occidental où il ne peut même pas communiquer avec quiconque, puisque lui parle hindi quand tous autour de lui ne s’expriment qu’en bengali… l’odyssée incroyable mais vraie d’un gamin de 5 ans qui apprendra à se débrouiller seul dans une jungle urbaine hostile avant d’être mis à l’abri dans un orphelinat, puis, in fine, adopter par un couple d’australiens habitant à Hobart en Tasmanie… Il grandira épanoui dans ce nouvel environnement, aimé de ses parents et parfaitement intégré… Devenu étudiant à Melbourne, mais toujours obsédé par ses origines, des copains lui feront découvrir Google Earth, cartographie magique devant laquelle il passera des heures pour essayer de reconstituer son périple et surtout retrouver son foyer de naissance… Saroo Brierley a raconté dans son autobiographie cette épopée intime et «Lion » adaptation par Garth Davis illustre cet itinéraire exceptionnel avec passion, insistant autant sur le background originel où survivre est un défi quotidien que sur la nouvelle vie du héros aux antipodes dans un monde hyper-développé. Un cheminement existentiel d’une intensité émotionnelle incroyable avec deux acteurs rayonnants qui se succèdent dans le rôle titre: d’abord Sunny Pawar enfant à la bouille craquante qui fait preuve d’une vitalité stupéfiante, puis ensuite ce sera Dev Patel hanté voire christique. Les deux incarnent avec force et subtilité ce parcours de vie extraordinaire.                                                                                                                                           Un film pudique qui s’achève par des images authentiques déchirantes, lesquelles ne pourront que vous arracher des larmes.                                                                                         P.S. Chaque année en Inde 80 000 enfants disparaissent.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s