Circus vivendi

telechargementFantasque, poétique, réjouissant et bourré d’humour, voilà comment on pourrait résumer le spectacle qui clôturait l’année 2016 à la M.J.C. Sur scène, pour tout décor une cabine volumineuse recouverte de velours rouge par laquelle ils font leurs entrées et sorties, au plafond, un lustre lequel ne dépareillerait pas au château de Versailles mais auquel on peut aussi se cramponner sans problème pour multiplier des voltiges aériennes… Un duo débarque de façon impromptue, elle poudrée et pomponnée façon courtisane en goguette, lui, aspect moujik éthéré, petites lunettes et barbe fournie, ils portent deux caisses avec lesquelles ils commencent à multiplier jonglages et acrobaties, plus tard ils en sortiront leurs instruments de prédilection: un violon et un tuba. « Concerto pour 2 clowns » par Les Rois Vagabonds, qui a obtenu le Prix du Public Avignon 2013, c’est un mélange subtil de fantaisie en apesanteur, de clins d’œil malicieux et de connivence débordante, tout pour mettre en joie le public qui vibre de plaisir. Musiciens virtuoses, capables de jouer dans n’importe quelle position y compris les plus improbables, ils vont mettre les spectateurs en transe en transformant leurs valise et malle en clone du Titanic en train de sombrer, en podium sur lequel ils vont divaguer, s’époumoner ou se défier, en prison d’une princesse éperdue d’amour etc … des moments de folie douce hautement contagieuse qui atteignent leur summum avec une version échevelée de corrida déjantée avec en fond sonore un Boléro de Ravel, magnifique de décalage. Saut périlleux, salto, porter mains à mains, les artistes prennent possession du plateau avec une assurance et une sérénité qui n’ont d’égale que leurs brios et leurs talents. Musicienne de formation classique et acrobate pour Julia Moa Caprez, maîtrise de physique fondamentale doublé d’un alpiniste chevronné pour Igor Sellem, ils ont fait de leur duo dopé de complicité un spectacle flamboyant quasi muet mais ô combien expressif qui renouvelle totalement la figure du clown dans l’imaginaire collectif. C’est frais et pétillant, émouvant et original. Les roses et les pétales qui s’amoncellent sur la scène dans des volutes de fumée au final forment un écrin particulièrement enchanteur.                     On en ressort ébloui, la tête dans les étoiles.

 

Publicités
Cet article, publié dans Cirque, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s