Valérire jaune

telechargement-1Pince-sans-rire, non sens ou trash, c’est selon, voilà comment on pourrait définir l’humour de Valérie Lemercier, laquelle était hier soir à l’Amphithéâtre de Rodez. Déboulant sur la scène aussi pétulante que lors de la cérémonie des Césars il y a plusieurs années où elle avait affolé l’assistance en se lançant dans une chorégraphie effrénée version Rabbi Jacob, elle s’approprie tout l’espace avec quelques pas de danse plein de fougue. Aucun décor, quasiment aucun accessoire, elle est seule, toute de noir vêtue pour un one-woman-show rythmé de folie douce, d’absurde, d’exubérance ou d’une verve intarissable, autant d’atouts pour enchaîner sans temps mort toute une série de sketchs tantôt frappadingues, tantôt surréalistes mais toujours avec un air patelin de sainte-nitouche capable de prononcer les pires horreurs et autres insanités la bouche en cœur. Univers de bourgeoise outrée, veillée funèbre avec oraison très olé olé du père devant les enfants scandalisés, serveuse d’un restaurant huppé avec menu délirant et prix exorbitant, coach bien-être capable de vendre un régime démentiel exclusivement à base de quinoa, directrice d’une maison de haute couture tyrannique ou obsédée, pochtronne poissarde, prof de danse classique à fort accent russe houspillant sans cesse ses élèves, jeune fille jalouse d’une mère psychanalyste plus attentive à ses patients qu’à elle… etc autant de portraits qu’elle brosse avec ironie mordante, malice facétieuse ou sourire narquois. Ravie de ses effets et de ce second degré qui déstabilise une partie de l’assistance autant qu’il en réjouit une autre, elle se démultiplie toute en énergie débordante. Comme fil rouge récurrent, à intervalles réguliers, elle transforme la scène en hall d’aéroport, traînant sa valise à roulettes de part en part pour camper très rapidement une galerie d’autres personnages désopilants à contre-emploi. On y croise alors aussi bien Copé et ses célèbres pains au chocolat à prix défiant toute concurrence qu’une militante du Droit à mourir dans la dignité en partance pour une clinique de Lausanne… résultat assuré le public hilare s’esclaffe à chaque fois… De ce spectacle bien rodé et très pro de la part d’une artiste inclassable et multifacette, les inconditionnels qui se souviennent par exemple de ses prestations échevelées dans « Palace » nourriront néanmoins quelques regrets, il manquait juste le petit déclic qui aurait fait basculer la salle dans l’euphorie incontrôlable.

Publicités
Cet article, publié dans Humour, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s