Volt face

telechargementÀ l’origine ce fut une simple invitation lancée à Pierre Masselot pour parler devant des élèves de son métier d’éclairagiste chevronné, lui que l’on retrouve depuis plus de 20 ans dans les coulisses de nombreuses créations. Plus tard, cela deviendra «Watt about?» par la Compagnie Divergences, présenté hier à la M.J.C. de Rodez avec le soutien d’ Aveyron Culture, un mix aussi hybride qu’ improbable entre conférence, portrait, documentaire ou témoignage sur la lumière, depuis sa composante phénomène physique jusqu’à sa déclinaison comme élément indispensable, complémentaire, essentiel ou structurant, c’est selon, de toute production artistique qui se respecte. Et c’est parti pour un mélange entre laïus technique sur les projecteurs: à quoi ils servent, comment ils fonctionnent, le pourquoi ou le comment de telle ou telle implantation, et digressions sur les variations d’ intensité lumineuse, l’importance des couleurs qui peuvent varier jusqu’à l’infini grâce « aux gélatines » etc… Dialogues a minima entre le spécialiste qui déroule ses connaissances très pointues face aux spectateurs et le metteur en scène affairé derrière sa console technique, lequel se plaît à multiplier les effets pour bien valoriser chaque propos. De temps à autre, pour rompre cet exposé dont on aurait vite fait de se désintéresser, des chorégraphies aléatoires avec force fils électriques ou câbles en tous genres, histoire de bien nous convaincre de la complexité de cet art subtil, entre ambiance tamisée, blafarde voire cafardeuse, noir volontiers inquiétant ou ombres plus ou moins découpées avec lesquelles jouer pour donner épaisseur, relief, rythme ou âme à n’importe quelle oeuvre . C’est pédagogique – y compris en faisant manipuler sur scène un volontaire venu du public totalement néophyte-, précis, instructif même et parfaitement réglé pour souligner l’importance de la régie et de tout ceux qui y contribuent dans la qualité et le rendu de pièce de théâtre, de concert, de musique, de danse, de cirque etc.… Mettre en lumière ces personnels souvent intermittents, mal considérés mais absolument indispensables est une intention tout à fait louable… pour autant cela peut-il devenir un sujet de spectacle à part entière, on peut en douter. Faisceaux qui balaient le plateau ou le décor, palette chromatique, profusion de lux – et accessoirement de décibels -, débit de voix stroboscopique, illustrent bien un paradoxe, celui du paquet-cadeau méticuleusement enrubanné: emballage scintillant et brillant de mille feux mais un résultat en clair-obscur qui laisse sur sa faim.

Publicités
Cet article, publié dans Divers, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s