Salade russe

 

03_hm_19nov16-sacreLes grands espaces vous attirent, vous ne voyagez jamais sans avoir pris connaissance du dernier rapport d’Amnesty International en complément indispensable du Lonely Planet ou du Guide du Routard, vous êtes incollable sur la géographie de la Russie et n’ignorez rien du régime autoritaire de Poutine, les prisonniers politiques incarcérés dans les goulags, les assassinats de journalistes ou d’opposants etc… mais malgré tout cela vous avez cédé aux magnifiques photos sur papier glacé de l’Office de Tourisme du pays qui ne manque pas de vanter sa grandeur ou son folklore dégoulinant de datchas et transsibérien, lac Baïkal et autres steppes battues par les vents. Il ne manquait que la bande son qui illustrerait vos selfies pour épater vos amis au retour… Ne cherchez plus, elle existe. Composée par Bertrand Lavaud-Bach, lequel enseigne au conservatoire de Montauban, c’est à lui que l’on doit «Le sacre des enfants» une suite pour deux pianos qui illustrent ces différents thèmes,  composée pour« s’adresser à une grande majorité des élèves de ma classe tout en conservant une homogénéité sur l’ensemble de la pièce ». Elle était l’essentiel du concert proposé samedi en fin d’après-midi au Conservatoire de l’Aveyron. Les jeunes boostés par leurs professeurs se démultipliaient pour donner relief et éclat à cette partition kaléidoscopique agrémentée de quelques variations orientalisantes. Chacun faisait de son mieux et le public, dont de nombreux parents, n’était pas avare d’applaudissements. Idem pour « l’Alternative piano » où comptine, ritournelle, ragtime et autres morceaux dans tous les styles étaient à l’honneur pour un medley mis en scène avec esprit et facétie. Cela n’égalait pourtant pas le meilleur moment de cette heure musicale:  son ouverture enlevée et pétillante, « Fantaisie pour piano à quatre mains » de Franz Schubert, interprétée magistralement avec puissance, entrain, fougue et la petite touche de malice qui sied parfaitement à cette œuvre.                   Prochain rendez-vous samedi prochain à Cap cinéma pour un ciné-concert live en appui à la projection de différents films dont «Au secours» réalisé en 1924 par Abel Gance, un cinéaste emblématique et pionnier  des débuts du septième art.

 

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s