Écran local

téléchargement (2)Trois courts métrages projetés à Cap Cinéma dans le cadre de l’Estivada pour mettre à l’honneur un cinéma occitan qui n’en est pour l’instant qu’à ses prémices, c’est aussi offrir un débouché à des films qui n’ont encore qu’une diffusion restreinte.                                                                                                                                               Le premier « Farem tot petar » de Sylvain Augé c’est, située en Ariège et dialoguée pour partie en dialecte du cru, une histoire farfelue avec un garçon de cité embarqué dans une intrigue peuplée de personnages plus loufoques les uns que les autres, on pense par exemple à la vieille paysanne qui tire sur tout ce qui bouge ou l’humour très décalé qui éclate dans cette abracadabrantesque fable surréaliste laquelle lorgne du coté de la B.D et notamment « Aimé Lacapelle », le héros tout en rondeurs et roublardise de Jean-Yves Ferri.                                                                                                                                                           Le second « Pescaire du Tarn » de Pascal Gaubert, plus sur le mode images bien léchées, se présente comme un succédanée de « Et au milieu coule une rivière » de Robert Redford dont il partage la passion pour la pêche à la mouche, un joli chromo que ne désavouerait pas un office de tourisme.                                                                                                                       Enfin avec «  La vida ès pas un joc, Marc » d’Amic Bedel adapté de la nouvelle « La femme au collier de perles et le chat de mon voisin » de Julien Campredon, on retrouve le duo dont on avait apprécié l’année dernière les premiers épisodes d’une série télévisée encore inachevée. C’est donc dans le même esprit foutraque et déjanté, un scénario qui part en tous sens où l’on croise aussi bien les crottes dudit félin qui se soulage régulièrement sur le mur d’une villa meublée d’un canapé acheté à crédit, le drac,  diable occitan aussi facétieux que fantasmagorique, des drones qui survolent le voisinage… mais aussi des réflexions de Simone de Beauvoir sans oublier la figure tutélaire de Joan Bodon, un des rares romanciers occitans dont les livres sont largement distribués et dont la maison natale à Crespin dans notre département récemment réhabilitée en musée est devenue rapidement un des lieux incontournables pour quiconque visite l’Aveyron.                                                     C’est en présence des différents réalisateurs, lesquels se prêtaient volontiers au jeu des questions réponses, que les spectateurs matinaux ont pu assister à la projection.

 

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s