Double Sans

téléchargement (3)Première soirée sur la grande scène de l’esplanade des Ruthènes pour cette Estivada 2016 avec une création originale « A l’entourn d’Alidé Sans e Paulin Courtial » une façon de réunir dans un même spectacle un artiste local et celle qui fut la grande révélation de l’édition précédente. On l’avait découverte en version plus intimiste, en salle, sans aucun orchestre, avec ses seuls instruments, la spontanéité de sa jeunesse en bandoulière et du punch à revendre. On la retrouve un an plus tard toujours aussi déterminée, la voix merveilleusement mélodieuse et une présence instinctive qui la met très vite en communion avec le public venu en nombre. Son partenaire guitariste évolue lui dans un autre registre, plus musical, tendance rock, hélas trop vite sursaturé question décibels. C’est d’autant plus dommage que les meilleurs moments seront lorsque tous deux se répondent harmonieusement, quasiment sans orchestre dévastateur derrière, pour des ballades qui disent l’air du temps, explorent les interrogations ou les doutes de leur jeunesse avec des mots justes et une réelle sensibilité. Ils chanteront ainsi successivement en solo ou en duo, voire même accompagnés parfois de divers invités, leurs parents par exemple dans des répertoires tout à fait différents, mais aussi Antoine Charpentier et ses cornemuses, lui qui enseigne les musiques traditionnelles au Conservatoire Départemental. En parallèle, on pouvait aussi assister à une performance live entre peinture et graphisme avec Jean-Jacques Valencak, l’artiste bien connu, qui attirait autour de lui une assistance conquise. On retiendra de ce concert, la complémentarité entre les divers intervenants, mais surtout les moments quasi en apesanteur quand les voix seules se font écho comme des polyphonies revisitées incroyablement novatrices, synonymes de convivialité, d ‘authenticité et de partage. Un bémol toutefois: tout le monde ne comprenant pas l’intonation, le vocabulaire ou la syntaxe de son Val d’Aran natal, quelques sous-titres ou paroles d’introduction ici ou là auraient été du meilleur goût pour mieux apprécier ses textes à elle. À noter enfin que cette année, on regrettera les écrans qui entouraient chaque coté de la scène, lesquels permettaient ainsi de mieux goûter les prestations de chacun.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s