Liberté, égalité, sexualité

téléchargementLe 17 mai est depuis quelques années une date symbolique pour la communauté L.G.B.T. D’abord en 1990, ce jour-là, l’Organisation Mondiale de la Santé supprimait l’homosexualité de la liste des maladies mentales de la classification internationale des maladies; 15 ans plus tard, en 2005 cette journée était choisie pour promouvoir «des actions de sensibilisation et de prévention pour lutter contre l’homophobie, la lesbophobie , la biphobie et la transphobie». Enfin, en juillet 2011, le Conseil des Droits de l’Homme, une des plus hautes instances de l ‘O.N.U., adoptait à une courte majorité la résolution 17/19 condamnant toute discrimination en raison de l’orientation sexuelle, un pas hautement symbolique pour soutenir le combat que mènent ouvertement des milliers de personnes à travers le monde et aller vers la dépénalisation universelle de l’homosexualité. « Global Gay, pour qu’aimer ne soit plus un crime » le documentaire de Rémi Lainé présenté hier à la Médiathèque de Rodez s’appuie sur l’enquête menée pour son livre par Frédéric Martel dans 42 pays, c’est un récit au long cours illustré de nombreux témoignages recueillis dans plusieurs pays sous différentes latitudes, diverses cultures et religions plus ou moins coercitives… Hélas trop souvent encore les droits de ces minorités sont ignorées, moquées, combattues ou stigmatisées. Du Cameroun au Népal, de Russie à Cuba, les situations géopolitiques induisent des climats totalement divergents, ce qui est revendiqué ou obtenu ici se conjugue ailleurs avec une atmosphère ouvertement hostile et répressive, des exemples multiples qui ne manquent pas d’interpeller chacun. Il n’y a pour s’en convaincre que de se souvenir comment il y a peu en France le mariage pour tous porté par la Ministre de la Justice de l’époque Christiane Taubira a suscité chez les intégristes de tous acabits des réactions complètement hystériques. Dans 76 pays l’ homosexualité reste passible de peines de prison et pire encore on risque la mort dans 7 autres lorsqu’on a des relations entre personnes de même sexe!!! Ce film est un constat douloureux entre amertume désenchantée et réel espoir, car, au fil des années, les législations évoluent, insuffisamment souvent, mais, et grâce aux soutiens toujours plus nombreux à travers le monde, la peur change progressivement de camp et le drapeau arc-en-ciel s’affirme comme marqueur d’émancipation. Une rencontre, à l’issue de la projection avec l’Association Alertes et une militante de Mawjoudin – « on existe » en dialecte local- faisait le point sur la situation très spécifique de la Tunisie pionnière des printemps arabes, où le poids des imams ou des traditions familiales reste encore très présent, où faire son coming out est toujours synonyme de danger, d’agressions ou d’arrestations possibles, et où le droit d’asile pour ces personnes persécutées en raison de leur orientation sexuelle reste très aléatoire… Le refrain des Beatles :« All you need is love, love is all you need…» reste encore une utopie souvent inaccessible y compris parmi les pays les plus progressistes. En complément d’informations on peut voir jusqu’au samedi 28 mai au rez-de-chaussée une exposition d’Amnesty International sur cette même thématique.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Liberté, égalité, sexualité

  1. Mandy dit :

    Félicitations pour ce post 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s