Harpes diem

 

25_CS_15AVR16Elles auraient pu défiler toutes les dix pour Jean-Paul Gaultier, poser en égérie de Coco Chanel ou participer en groupies convaincues à un meeting d’Arnaud Montebourg éphémère Ministre du Redressement Productif au temps où il donnait de sa personne pour promouvoir les plus beaux fleurons du chic vestimentaire made in France, car toutes portaient une emblématique marinière déclinée en tee-shirt, sweat ou autres robes. Sous la houlette de leur prof Clémence Aguila, c’est à un concert des élèves de harpes venus des différents antennes du Conservatoire départemental que l’on est convié, prévu originellement plus tôt dans la saison puis déplacé à l’Auditorium suite à la fermeture de la Chapelle Royale pour les raisons que l’on sait. «Un monde de harpes» c’est plus qu’ une heure musicale comme on en a l’habitude, un rendez-vous entièrement consacré à cet instrument certes mais pas que, car ponctué de lectures de contes particulièrement bien choisis, lesquels rajoutent à cet objet du désir une dimension tantôt philosophique, magique voire civilisationnelle, le monde arabe ou chinois, la celtitude revendiquée, autant d’occasions de vagabonder et de rêver. Avec l’un, on y croise le mythe d’Orphée, avec un autre, on y apprend le secret de sa fabrication, ici, on évoque un côté Excalibur, là, comment on peut même tutoyer le nirvana… c’est dire si le voyage est riche et passionnant, autant d’angles très divers pour mieux apprécier chaque morceau, avec une magnifique définition de la musique  « donnée aux hommes pour consoler leurs peines »… tout un programme! Des traditionnels bulgare, québécois ou breton, du classique avec Bach etc.. un kaléidoscope non exhaustif mais une large palette de sonorités et de rythmes dont on retiendra surtout deux moments particulièrement réussis: un Impromptu Caprice de Gabriel Perné superbement interprété tout en émotions et en grâce, et le final tous ensemble avec, évidemment arrangé, Besame Mucho, cette chanson magnifiée par Luz Casal, Cesaria Evora et tant d’autres qui donnait ainsi une teinte plus universelle encore à ce concert.

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s