Malsain Bernard

téléchargementIncroyable mais vraie que cette histoire située dans la région Nord qui nous est narrée dans «Merci patron!» un film aussi décapant que jouissif, ce que d’aucuns résument « une satire sociale et clownesque… plaisantin et facétieux… », autant de qualificatifs tout à fait appropriés qui illustrent à merveille ce documentaire incroyablement en phase avec l’actualité brûlante. On le dit même à l’origine des « Nuits debout » tant il analyse, décortique et autopsie les mauvaises manières d’un grand groupe, LVMH en l’occurrence, face à une famille d’ouvriers licenciés par ses soins. Sauf que François Ruffin, journaliste et fondateur de «Fakir», «le journal fâché avec tout le monde ou presque» prend l’affaire en mains et se propose d’aider ce couple en remontant jusqu’au propriétaire du consortium de luxe et donneur d’ordres, à savoir Bernard Arnault lui-même, deuxième fortune de France, témoin de mariage et ami intime de l’ancien président de la république, de tout le bottin mondain et autres grands patrons du CAC40. À la manière de Michael Moore qui dans « Roger et moi » partait à la rencontre du PDG de Général Motors qui venait de fermer l’usine de Flint sa ville natale, le réalisateur se démultiplie, essayant sans cesse de «fluidifier le dialogue social» en fan absolu du big boss dont il porte en permanence un tee-shirt à son effigie. Il part ainsi à la rencontre de nombre des victimes anonymes de la délocalisation des usines, des laissés pour compte de la Samaritaine, d’une déléguée CGT ou d’une bonne sœur très engagée, prêtre ouvrier au féminin, et tous expliquent encore et encore comment ils ou elles ont été « remercié(e)s » sur l’autel de la rentabilité du capital et de ses actionnaires. C’est juste aussi désopilant que tristement réaliste, douloureux que cynique, et l’on oubliera pas ces portraits par petites touches de gens sincères, épuisés par la misère, mais néanmoins combatifs et étonnamment lucides…Ce combat aux accents de Robin des Bois n’épargne ni les puissants, ni leurs affidés, comme par exemple cet élu du PS prêt à toutes les compromissions… Ce film militant à petit budget et terminé grâce à un appel de dons via une plate forme participative, est un train de devenir un phénomène de société. On comprend vite pourquoi tant il va bien au-delà du problème d’exclusion sociale et résonne parfaitement avec l’air du temps: interroger chacun sur son rapport à la politique, au syndicalisme, à son pouvoir de citoyen etc… La projection hier soir se prolongeait par des échanges entre le public venu en nombre et des représentants de la CGT, de la CFDT ou le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Aveyron.                                             Ce film pétillant d’humour est encore à l’affiche la semaine prochaine,il faut s’y précipiter absolument.

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s