Gay-guerre

téléchargement

Un décor de tentures et musique éternelle,                                                                                 Pour conter l’aventure de quelques péronnelles,                                                               Brocarts et justaucorps, couronnes et velours,                                                                                À profusion de l’or, bienvenue à la Cour!

Catherine de Médicis, mais qu’elle soit honnie!                                                                                 Pour Henri III son fils, complote en félonies,                                                                                   Qu’il épouse au plus vite la Reine d’Angleterre,                                                                         Pour sûr Satan l’habite, elle n’en fait point mystère!

Le Duc de Buckingham a vraiment fière allure,                                                                             Peu porté sur les femmes, il joue la démesure,                                                                       Marguerite de Navarre, vraiment la plus perverse,                                                                           De ses charmes peu avare, à tous elle fait commerce.

De la grande Histoire, une intrigue mielleuse,                                                                                   Façon fonds de tiroirs, pour la rendre fielleuse…                                                                           Oubliez tout ceci et retrouvez « Margot »,                                                                                   Isabelle Adjani dans le film de Chéreau!

Jouer du bilboquet, minauder à l’envi,                                                                                                 Avoir l’accent anglais, bien triste comédie,                                                                                 «Beaucoup de bruit pour rien», comme aurait dit Shakespeare,                                                    Grâce aux alexandrins, on évite le pire!

Des costumes seyants, une bien belle affiche,                                                                                   Sans être malveillant, tout le reste on s’en fiche!                                                                               Ça se veut érotique, avec force bons mots,                                                                                   C’est juste pathétique, et tout part à vau-l’eau!

Ça se voudrait de l’art, c’est juste du cochon,                                                                               Imaginez Bigard se rêvant Cupidon!                                                                                             Comme pour la «Cage aux folles», on touche souvent le fond,                                                     Même genre de gaudriole, en à peine moins abscons.

Le théâtre de Lusine pour cette «Nuit des Reines»,                                                                         Nous la joue fort mutine, façon fête foraine,                                                                                       En pure perte, hélas, comment faire autrement?                                                                               Car ces vers, ces grimaces, ne sont qu’insignifiants!

Une pièce bien minable, dont on taira l’auteur,                                                                             Ce serait regrettable que lui faire cet honneur!                                                                                 Ce spectacle désolant prévu à la Baleine,                                                                                           C’est se moquer des gens, ça n’en vaut pas la peine!!!

Publicités
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Gay-guerre

  1. nathalie dit :

    « La caricature est l hommage que la médiocrité paie au génie » Oscar Wilde
    Bravo pour la performance !

  2. Revéret dit :

    Michel Heim – rendons-lui son nom et son honneur – a écrit la pièce La Nuit des Reines en 2000. Les rires dans la salle étaient si forts qu’ils couvraient la voix des acteurs. Le succès a été tel que cette pièce est rejouée régulièrement depuis 16 ans. Elle est maintenant reprise par d’autres metteurs en scène que Michel Heim lui-même. Elle est tellement réjouissante qu’elle a des fidèles qui retournent la voir plusieurs fois pour retrouver ce plaisir de rire. En gros, elle est devenue un classique.
    Monsieur Jean Dessorty, apparemment, n’a pas apprécié. C’est bien dommage pour lui. Je n’ose penser que les nombreuses « références culturelles », les « clins d’œil aux profs » lui aient échappé ?
    J’espère en tout cas qu’il ne dissuadera pas les Ruthénois d’aller voir La Nuit des Reines, jouée le 25 mai à La Baleine. Je leur garantis quant à moi une bonne soirée. Je ne connais pas cette mise en scène. Mais le texte savoureux de Michel Heim, lui, sera bien là.
    Cécile

  3. Sanch dit :

    Je me suis bien divertie à ce spectacle et l’alexandrin coquin est un ravissement ; « Une pièce bien minable » précise notre critique local qui manque un peu d’humour, de plus le jeu des comédiens dans l’interprétation – de Catherine de Médicis, Henrii III et le Duc de Buckingham – était excellent.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s