Ma petite entreprise

téléchargement (1) Une histoire incroyable mais vraie, celle de la famille Puccio qui durant les dernières années de la dictature argentine entre 1982 et 1985 fit de l’enlèvement ciblé et de l’assassinat crapuleux un business qui rapportait gros. La famille bien sous tous rapports vivait dans un appartement cossu dans la banlieue chic de Buenos Aires, le père avait été mouillé dans un tas d’affaires louches avec le régime de l’époque, lequel en échange fermait les yeux sur ses crimes abjects dans lesquels il entraîna très vite son entourage, et notamment son fils, star du rugby tant dans son club qu’avec la sélection nationale des Pumas. Celui-ci lui servait à la fois de rabatteur notamment parmi ses amis proches issus de la riche bourgeoisie mais aussi de couverture idéale pour alimenter ce marché macabre où les rançons payées en dollars rubis sur l’ongle ne sauvaient pour autant jamais la vie des kidnappés, lesquels croupissaient d’abord dans la cave de la grande maison familiale avant d’être exécutés sommairement et enterrés à la va vite … « El Clan » de Pablo Trapero présenté dans le cadre des rencontres CinéLatino 2016 de Toulouse se révèle derrière une histoire sordide de mafieux prêts à tout, une analyse politique pertinente sur la corruption et la compromission d’un régime où régnaient la terreur et l’omerta. Une fresque avec la politique en filigrane, rythmé d’images d’archives, en particulier celles du retour de la démocratie, et donc a contrario la fin programmée des petits arrangements entre amis…Violence institutionnelle et manipulation du pater familias sur tous ceux qui l’entourent se font écho pour dénoncer la complicité au moins passive des uns, la cupidité des autres ou l’engrenage psychologique dévastateur qui permet de telles ignominies… Une mise en scène très fluide, la linéarité du récit, une bande son très pop soyeuse et des acteurs au cynisme glaçant, tout concourt à faire de ce thriller façon Scorsese une parabole hautement symbolique sur une cellule gangrenée comme le fut tout un pays pendant les années noires.                                                                     Ce film encore à l’affiche et qui a été primé au dernier Festival de Venise d’un Lion d’argent a explosé le box office dans son pays, signe que la plaie demeure ouverte et que de sinistres fantômes rôdent encore…

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s