Travelling

téléchargementUn voyage entre flamboyance et nostalgie dans quelques-uns des  films qui font partie du patrimoine du cinéma mondial de ces dernières décennies, voilà ce que proposaient à la Chapelle Royale dimanche en fin d’après-midi « Les flûtes concertantes », un ensemble instrumental d’une quarantaine de musiciens, majoritairement des flûtes traversières évidemment, mais aussi des violoncelles ou contrebasses notamment, une formation de jeunes élèves et adolescents en perpétuel renouvellement, tous débordants d’enthousiasme. « Musiques au cinéma » c’est un écran surélevé sur lequel défilent affiches, photos ou extraits de ces pépites cinématographiques, et, en contrebas, les instrumentistes qui multiplient les bons moments pour redonner vie à des mélodies qui sont indissociables de ces chefs d’œuvres. On y croise entre autres Haendel ou Ennio Morricone, John Williams ou Scott Joplin, Vangelis ou Mozart… que des  partitions inoubliables. On ne  peut qu’avoir un faible pour une composition toute de folie douce et de délicatesse de Nino Rota  partenaire inséparable de Federico Fellini avec « Huit et demi » toujours aussi envoûtante et éternelle. Ajoutez aussi au beau milieu du concert une chorégraphie aussi délirante que fofolle, « coproduite bien sûr par les majors d’Hollywood », et là on atteint des sommets de simplicité délirante et d’humour second degré contagieux pour un résultat absolument délicieux. Une mise en scène digne de l’âge d’or des comédies musicales à faire pâlir les ballets qui accompagnaient dans leurs films les plus brillants Fred Astaire et Ginger Rodgers, Cyd Charisse ou Gene Kelly mais capable de lorgner aussi vers l’univers aussi glamour que magique d’un Bollywood revisité, les paillettes en moins… En piste pour les prochains Oscars n’en doutons pas! En résumé, un vrai spectacle très élaboré et sans prétention mais réglé de mains de maîtres par Ann Conoir, Fabienne Landes et Stéphanie Serin, trois drôles de dames dont l’énergie, la passion et la complicité font plaisir à voir. On comprend pourquoi leurs élèves prennent et donnent tant de  plaisir au public.                                                                                               Du bonheur  haut en couleurs à voir ou  à revoir et surtout à partager  sans modération.

 

Publicités
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s